Point au 6 mars 2014.

Publié le 7 Mars 2014
Mis à jour le 3 juillet 2019

A la Une - Le dépistage du cancer colorectal

En France, le cancer colorectal est la 3ème localisation la plus fréquente chez l'homme et la 2ème chez la femme. Le programme de dépistage organisé du cancer colorectal a été généralisé à l'ensemble du territoire en 2009. Le référentiel européen préconise un taux de participation de la population cible supérieur ou égal à 45 % pour que le programme de dépistage soit coût-efficace. En 2012-13, le taux de participation en Bourgogne a été de 42,2 % et de 34,4 % en Franche-Comté. Comme au niveau national, les femmes adhèrent davantage au programme que les hommes. En Bourgogne, la Saône-et-Loire, département pionnier du dépistage (depuis 1988) présente un taux de participation supérieur au seuil minimal recommandé (50,1 %), la Côte-d'Or et l'Yonne présentent des taux qui en sont proches et la Nièvre un taux inférieur à 30 %. Les départements de Franche-Comté présentent un taux compris entre 32,6 (Haute-Saône) et 35,5 % (Jura). Par rapport à la période précédente, la Franche-Comté, fait partie des régions qui enregistrent les plus fortes baisses (environ 5-6 %). Les disparités régionales s'expliquent certes par l'antériorité des départements dans le programme mais l'évolution des tendances suggère la présence d'autres facteurs.Davantage d'efforts sont à déployer pour identifier le profil des personnes non adhérentes au programme pour adopter une stratégie de communication efficace et ciblée auprès des personnes cibles. Par ailleurs, un nouveau test (test immunologique) prévu fin 2014 pourrait jouer un rôle favorable dans la participation à ce dépistage en raison de modalités de prélèvement simplifiées.