Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 19 septembre 2013.

Publié le 20 Septembre 2013
Mis à jour le 30 juillet 2019

A la Une - Dix années de surveillance de la tularémie chez l'Homme en France

La tularémie est une maladie à déclaration obligatoire depuis 2002 dans le cadre du plan de prévention des risques nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques (NRBC), Francisella tularensis étant une bactérie pouvant être utilisée en bioterrorisme. Un rapport de l'Institut de veille sanitaire (InVS) sur les résultats de 10 années de surveillance vient de paraître. Du 1er octobre 2002 au 31 décembre 2012, 433 cas de tularémie ont été déclarés (dont 130 cas confirmés et 303 cas probables). L'âge médian était de 49 ans et le sexe-ratio H/F de 1,83. La majorité des cas se sont déclarés en automne (31 %) et en hiver (28 %). Deux décès ont été constatés, mais ce nombre peut être sous-estimé car aucun suivi des patients n'est réalisé après la notification. Les formes cliniques les plus fréquentes étaient ganglionnaires (n=200 ; 46 %) et ulcéro-ganglionnaires (n=113 ; 26 %). Deux expositions à risques ont été identifiées : les loisirs exposant à des aérosols de poussière et pouvant toucher la population générale (n=217 ; 50 %), et la manipulation de lièvres, exposition précise et spécifique (n=179 ; 41 %). Des morsures de tiques ont été rapportées pour près d'1 cas sur 5 (19 % des patients). Dix regroupements de cas et une épidémie pendant l'hiver 2007-08 (exposition directe avec des lièvres) ont été détectés ; ce qui met en évidence la capacité de ce système de surveillance à détecter ces phénomènes et son utilité dans le cadre du plan de prévention des risques NRBC.Les régions Bourgogne et Franche-Comté ont la même incidence annuelle moyenne comprise entre 1,1 et 1,5 par million d'habitants.