COVID-19 : point épidémiologique en Auvergne-Rhône-Alpes du 24 décembre 2020

Publié le 25 December 2020
Mis à jour le 25 décembre 2020

Points clés

  • En semaine 51 (14 au 20 décembre 2020), les indicateurs de surveillance virologique du SARS-CoV-2 sont très impactés par les campagnes massives de dépistage en population générale organisées dans la région. Elles ont conduit à un triplement du taux de dépistage, une baisse de moitié du taux de positivité et une hausse de l’incidence des cas confirmés comparativement modérée (+42%). Ces évolutions concernent tous les départements qui présentent tous une incidence supérieure à 200 /100 000. Le nombre de cas confirmés est également en augmentation dans les ESMS. La forte augmentation de la part des personnes asymptomatiques testées (87%) et la forte montée en charge de la part des tests antigéniques (42 %) attestent également de la prédominance d’une démarche de dépistage au détriment d’une démarche diagnostique. Dans ce contexte, l’évolution réelle de la circulation virale est difficile à interpréter. Cependant, avec 238 cas pour 100 000 habitants, la région Auvergne-Rhône-Alpes figure toujours parmi les régions où la circulation virale est la plus intense en France, avec les régions Bourgogne-France-Comté et Grand-Est.
  • En semaine 51, les indicateurs de recours aux soins tendent à se stabiliser. Les actes SOS Médecins sont en en faible baisse tandis que les passages aux urgences ont légèrement augmenté.
  • La lente décrue du nombre de patients pris en charge dans les hôpitaux pour COVID-19 se poursuit. Le 22 décembre, on dénombrait encore 4 200 personnes hospitalisées (- 5%), dont 434 en réanimation (-10%). En baisse depuis début novembre, le nombre de nouvelles hospitalisations semble se stabiliser pour la première fois en semaine 51 (+ 2%). Le nombre de nouvelles admissions en réanimation après s’être stabilisé en semaine 50, a diminué en semaine 51 (-10%). A l’échelle des départements, les nouvelles hospitalisations augmentent dans la moitié des départements et diminuent dans les 6 autres. Le taux hebdomadaire d’hospitalisation de patients COVID-19 en Auvergne-Rhône-Alpes (16,9/100 000) reste toujours supérieur au taux national (12,9/100 000). Au niveau départemental, les taux les plus élevés sont retrouvés dans l’Allier, en Savoie et en Isère.
  • La baisse du nombre de nouveaux décès liés à la COVID-19 se poursuit dans les établissements de santé (-15%) et les établissements médico-sociaux (-16%). En semaine 50, un excès significatif de mortalité toutes causes de niveau encore très élevé est enregistré en Auvergne-Rhône-Alpes. Des excès significatifs de mortalité sont observés dans la région depuis 10 semaines consécutives.
  • Au total, les campagnes massives de dépistage en cours rendent difficile l’interprétation de l’évolution actuelle de l’épidémie. Cependant, la stabilisation des indicateurs de recours aux soins indique que l’épidémie ne régresse plus. Elle se maintient avec un niveau élevé dans tous les départements, situation propice à un regain épidémique si la plus grande prudence en cette période de fêtes n’est pas observée.