Épidémiologie de la dengue dans les Départements français d'Amérique

Publié le 20 Septembre 2011
Mis à jour le 5 juillet 2019

Au cours des dernières décennies, l'incidence de la dengue a progressé de façon spectaculaire dans les régions tropicales et subtropicales, notamment les Amériques et la Caraïbe. Dans les Départements français d'Amérique (DFA), le dispositif de surveillance épidémiologique de la dengue repose sur trois sources : 1) les réseaux de médecins généralistes sentinelles ; 2) les laboratoires de biologie médicale et 3) les structures hospitalières publiques qui fournissent des informations cliniques et paracliniques permettant de classer les malades hospitalisés selon les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé. En Martinique et en Guadeloupe, la situation de la dengue est endémoépidémique, avec des variations saisonnières marquées. Au cours des 10 dernières années, cinq épidémies sont survenues dans ces deux îles. La durée habituelle de ces épidémies est de 5 à 6 mois et leur incidence, en termes de cas cliniques ayant recours au système de soins, varie entre 3 650 et 10 000 cas/100 000 personnes, avec un taux de sévérité compris entre 3 et 12 cas sévères/1 000 cas. Depuis le début des années 2000, une co-circulation d'un minimum de deux sérotypes est habituellement observée. En Guyane, la dengue est également endémo-épidémique mais sans réelles variations saisonnières. Les épidémies s'étalent généralement sur presque deux années selon une occurrence bimodale. Leurs caractéristiques (incidence et sévérité) ne sont pas différentes de celles observées aux Antilles. La co-circulation des sérotypes est également la règle en Guyane. L'épidémiologie de la dengue dans les trois DFA évolue vers une situation d'hyper-endémicité caractérisée par des périodes inter-épidémiques plus courtes avec un nombre résiduel de cas sporadiques plus important en période inter-épidémique et un nombre de cas hospitalisés en augmentation. Les efforts engagés visant à mieux prévenir et contrôler les épidémies de dengue dans les DFA doivent donc être renforcés. (R.A.)

Auteur : Quenel P, Rosine J, Cassadou S, Ardillon V, Blateau A, Matheus S, Chappert JL, Flamand C, Carvalho L, Cardoso T, Chaud P, Dussart P, Ledrans M
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2011, n°. 33-34, p. 358-63