Quels dispositifs épidémiologiques d'observation de la santé en relation avec le travail ? Le rôle de l'Institut de veille sanitaire

Publié le 1 Septembre 2008
Mis à jour le 10 septembre 2019

La contribution des facteurs professionnels à la santé est encore mal connue en France. On dispose malgré tout de quelques indications. Ainsi, la part des cancers attribuable aux facteurs professionnels serait de l'ordre de 3 à 8 % de tous les décès par cancer. Les troubles musculo-squelettiques (TMS) représentent la première cause de maladies professionnelles. Le rôle des facteurs psychosociaux au travail (" stress ") vis-à-vis de la pathologie cardiovasculaire, des troubles de santé mentale, et des TMS est établi. Les risques professionnels contribuent aux inégalités sociales de santé, et il existe une forte " sous-réparation " des maladies d'origine professionnelle. Les sources de données à l'échelle de la France sont limitées. La création d'un Département santé travail au sein de l'Institut de veille sanitaire a permis de mettre en place un programme national de surveillance épidémiologique qui a pour but d'établir les indicateurs permettant de quantifier le poids de l'activité professionnelle sur l'état de santé de la population générale, de repérer des secteurs et des professions à risque élevé, d'alerter sur d'éventuels problèmes en relation avec le travail, connus ou émergents, et d'évaluer les dispositifs de prévention et de réparation. Les grandes lignes de ce programme sont présentées par quelques exemples, concernant l'amiante, les TMS, les expositions professionnelles, la mortalité par secteurs d'activité, la quantification du poids sur la santé des facteurs professionnels, et la mise en place de divers réseaux de médecins du travail. (R.A.)

Auteur : Goldberg M, Imbernon E
Revue française des affaires sociales, 2008, n°. 2-3, p. 21-44