Deux épidémies de salmonellose à Salmonella enteritidis lysotype PT8 liées à la consommation de Cantal au lait cru. Aveyron, Cantal, Lot. Juin - octobre 2001

Publié le 1 Novembre 2002
Mis à jour le 5 juillet 2019

Mi-juillet 2001, 3 biologistes et un médecin généraliste de l'Aveyron signalaient à la DDASS un nombre anormalement élevé de cas de salmonellose à Salmonella Enteritidis, observés depuis le début du mois de juin 2001. Des enquêtes épidémiologiques ont été mises en oeuvre afin d'identifier l'origine et la source de l'épidémie et de proposer des mesures de contrôle et de prévention adaptées. Les cas ont été recherchés auprès des laboratoires publics et privés de l'Aveyron, du Cantal et du Lot et du Centre National de Référence des Salmonella et Shigella. Deux témoins, tirés au sort dans l'annuaire téléphonique, ont été recherchés pour chaque cas sur la même commune de résidence. Les cas et les témoins ont été interrogés par téléphone à l'aide d'un questionnaire standardisé. Les circuits d'approvisionnement des magasins où les cas avaient acheté l'aliment suspecté ont été reconstitués à partir de la liste des fournisseurs. Les souches d'origine humaine et celles isolées de l'aliment incriminé ont été caractérisées par lysotypie et comparées par la technique de macro-restriction de l'ADN. Du 1er juin au 31 juillet 2001, 190 cas d'infection à Salmonella Enteritidis ont été recensés lors d'une première épidémie, dans les départements de l'Aveyron, du Cantal, du Lot, de la Corrèze et du Tarn et Garonne. Les enquêtes cas-témoins ont montré que la consommation de Cantal jeune (< 2 mois d'affinage) était significativement associée à la maladie (OR = 11,2 ; 95 % CI 2,6 - 66,2). L'analyse des circuits de distribution et d'approvisionnement des lieux d'achat des cas a permis d'identifier un producteur " A " de fromages, commun à tous les lieux d'achat des cas. Les analyses réalisées sur des fromages prélevés dans les magasins et chez le producteur " A " incriminé se sont révélées positives à Salmonella Enteritidis. Les souches d'origine humaine et celles isolées de fromage Cantal appartenaient au lysotype PT8 et présentaient un profil identique, en macro-restriction de l'ADN. Une deuxième bouffée épidémique de 25 cas de salmonellose à Salmonella Enteritidis est survenue du 15 au 31 octobre 2001 dans l'Aveyron. L'enquête cas-témoins a montré que seule la consommation de Cantal jeune était significativement associée à la maladie (OR = 4.1 ; 95 % IC 1.1-15). La majorité des souches d'origine humaine étudiées appartenaient au lysotype PT8 et présentaient le même profil en macro-restriction de l'ADN que les souches d'origine humaine et alimentaire isolées lors de la 1ère épidémie. L'analyse des circuits de distribution et d'approvisionnement des lieux d'achat des cas a permis d'identifier un grossiste affineur " B ", commun à tous les lieux d'achat des cas. Les fromages commercialisés par le grossiste " B " provenaient de producteurs différents du producteur " A " à l'origine de la première épidémie. Cependant, au moment de la survenue de la 2ème épidémie, ce grossiste avait encore en stock dans ses caves des fromages, en attente de destruction, saisis lors de la première épidémie. Les résultats des investigations indiquent que ces deux épisodes épidémiques étaient liés à la consommation de Cantal au lait cru. La première épidémie était liée à la contamination persistante par Salmonella Enteritidis dans un établissement de production de Cantal. Une contamination par la souche épidémique dans un autre établissement de production de Cantal ou une contamination croisée dans la cave de l'affineur sont les deux hypothèses avancées lors de la deuxième épidémie. (R.A.)

Auteur : Haeghebaert S, Sulem P
Année de publication : 2002
Pages : 32 p.