Étalonnage du PMSI MCO pour la surveillance des infarctus du myocarde. Année 2003

Publié le 1 Juillet 2010
Mis à jour le 5 juillet 2019

L'objectif de cette étude était d'étalonner la base nationale des hospitalisations de court séjour (PMSI MCO) pour la surveillance des infarctus du myocarde hospitalisés. Pour ce faire, le PMSI MCO a été comparé aux données recueillies par les trois registres MONICA, pour les tranches d'âge et les territoires correspondants. Ont été inclus tous les cas d'infarctus du myocarde hospitalisés survenus en 2003, chez des personnes âgées de 35 à 74 ans et domiciliées dans un territoire couvert par un registre MONICA (communauté urbaine de Lille, départements de la Haute-Garonne et du Bas-Rhin). Dans un premier temps, les résumés de sortie anonyme (RSA) du PMSI MCO 2003 comportant un diagnostic principal d'infarctus du myocarde et respectant ces critères d'âge et de domiciliation, ainsi que les séjours de la base 2004 susceptibles d'avoir débuté fin 2003, ont été sélectionnés. Dans un deuxième temps, ces RSA ont été envoyés aux départements d'information médicale des hôpitaux ou cliniques concernés pour complément d'information sur l'identité et la date d'hospitalisation des patients, à l'exception des RSA provenant d'établissements ayant eu moins de 6 séjours pour infarctus du myocarde. Ces fichiers complétés ont ensuite été envoyés aux registres pour comparaison avec leurs propres recueils, avant retour à l'InVS pour vérifications et analyses. Lorsqu'il y avait plusieurs RSA par événement, un seul épisode a été comptabilisé par période de 28 jours, comme c'est le cas pour les registres MONICA. Les échanges de données nominatives ont été cryptés. Parmi les infarctus du myocarde hospitalisés expertisés par les registres en 2003, 76,2 % ont été repérés dans le PMSI 2003 : la sensibilité était un peu plus élevée entre 35 et 64 ans (80,3 %), mais diminuait entre 65 et 74 ans (69,2 %, p<10-4). Parmi les infarctus du myocarde repérés dans le PMSI, 78,8 % étaient enregistrés dans la base 2003 des registres (valeur prédictive positive) et 21,2 % ont été expertisés comme des faux positifs. Le nombre d'infarctus du myocarde estimés par le PMSI sur la base d'un seul épisode par période de 28 jours était légèrement inférieur au nombre d'IAM collectés par les registres MONICA (-3,3 %). Ce résultat variait avec l'âge, la sous-estimation étant plus importante entre 65 et 74 ans (-8,9 %). À l'inverse, la prise en compte de tous les RSA avec diagnostic principal d'infarctus du myocarde, y compris les transferts ou les hospitalisations de moins de 24 heures, entraînait une surévaluation du nombre d'infarctus du myocarde survenus entre 35-74 ans (+12,7 %). La comparaison du PMSI MCO 2003 aux données des trois registres MONICA a permis d'estimer la sensibilité du PMSI à 76,2 % et sa valeur prédictive positive à 78,8 % pour les classes d'âge comprises entre 35 et 74 ans. À ces âges, le nombre d'infarctus du myocarde calculé sur la base d'un épisode par période de 28 jours sous-estimait légèrement le nombre total d'infarctus du myocarde (-3,3 %), alors que la prise en compte de tous les RSA comportant un diagnostic principal d'infarctus du myocarde surestimait ce nombre de 12,7 %. (R.A.)

Auteur : de Peretti C, Bonaldi C
Année de publication : 2010
Pages : 24 p.