Survenue en Corse d'un cas de paludisme autochtone à Plasmodium vivax, France, août 2006.

Publié le 19 Juin 2007
Mis à jour le 10 septembre 2019

Un cas de paludisme autochtone à Plasmodium vivax a été détecté en Corse en été 2006. Il s'agit du premier cas de paludisme autochtone en Corse depuis 1972. La Corse est une ancienne région d'endémie palustre, caractérisée depuis plusieurs années par une situation d'anophélisme sans paludisme, du fait de la présence d'Anopheles labranchiae et An. sacharovi, capables de transmettre le paludisme à Plasmodium vivax. La séquence d'apparition des signes de paludisme d'un cas importé le 9 juillet et d'un cas autochtone le 5 août, tous deux à Porto, évoque une transmission par un anophèle local. Cette suspicion est renforcée par les résultats des investigations entomologiques. Cependant, aucun autre cas de paludisme à Plasmodium vivax et aucun autre cas autochtone n'ont été détectés en Corse pendant cette période de juin à septembre 2006. Il semble donc qu'aucune chaîne de transmission pérenne du paludisme ne se soit installée dans l'île. Les actions de démoustication et de lutte anti-vectorielle ont été renforcées ainsi que les mesures de prévention individuelle contre les maladies d'importation lors des voyages tropicaux. La détection de cette transmission autochtone exceptionnelle d'un seul cas de paludisme en Corse ne justifie aucunement de proposer une protection contre le paludisme aux habitants et aux touristes y séjournant. (R.A.)

Auteur : Armengaud A, Legros F, D'Ortenzio E, Quatresous I, Barre H, Houze S, Valayer P, Fanton Y, Schaffner F
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2007, n°. 25-26, p. 231-3