Programme de surveillance, d'alerte et de gestion des épidémies de dengue (Psage dengue) en Martinique. Version 2 - juin 2007

Publié le 1 Juin 2007
Mis à jour le 10 septembre 2019

La dengue est actuellement l'arbovirose la plus répandue dans le monde. Les deux cinquièmes de la population mondiale, soit environ 2,5 milliards de personnes, sont désormais exposées au risque. Pour la seule année 2001, il y a eu plus de 609 000 cas de dengue dans les Amériques, dont 15 000 cas de dengue hémorragique. La maladie est maintenant endémique dans plus de cent pays d'Afrique, des Amériques (y compris la Caraïbe), de la Méditerranée orientale, de l'Asie du Sud-Est et du Pacifique occidental. D'une situation épidémique engendrée par la circulation d'un seul sérotype, le continent sud-américain évolue progressivement vers une situation hyperendémique dans laquelle les différents sérotypes vont circuler en permanence. Dans les années à venir, on peut probablement prédire une situation similaire à celle de l'Asie du Sud-Est. La dengue hémorragique pourrait alors devenir l'une des principales causes d'hospitalisation des enfants en Amérique du Sud. Depuis, l'arrivée des formes hémorragique de la dengue dans la Caraïbe, la Martinique a connu trois épidémies importantes liées chacune à la circulation d'un ou deux sérotypes prédominants, respectivement DEN-2 et DEN-1 en 1997, DEN-3 en 2001 et DEN-4 et DEN-2 en 2005. En mars 2006, la circulation simultanée des quatre sérotypes a été mise en évidence pour la première fois en Martinique. Cette situation inquiétante renforce l'hypothèse d'une prochaine co-circulation permanente des quatre sérotypes pouvant entraîner une aggravation des épidémies de dengue. Une mobilisation efficace apparaît donc urgente contre cette maladie dont les flambées épidémiques tendent à devenir un risque quasi annuel pour les Départements Français d'Amérique. La lutte contre la dengue demande la participation coordonnée de multiples acteurs complémentaires, dans les domaines de l'épidémiologie, de l'entomologie, de la démoustication, de la clinique, de la biologie et de la communication sociale. Le Programme de surveillance, d'alerte et de gestion des épidémies de dengue (Psage dengue) présenté dans ce document poursuit ainsi un double objectif de : - contractualiser le rôle et les missions que chacun des partenaires impliqués dans la lutte contre la dengue s'engagent à tenir ; - fournir les outils nécessaires pour la conduite des différentes actions du programme dans les domaines de la surveillance épidémiologique et entomologique, de la démoustication, de la communication et de la prise en charge des malades. Le Psage dengue a pour objectif d'intégrer les activités de surveillance épidémiologique et de réponse de santé publique dans le cadre Programme relatif à l'alerte et à la gestion des situations d'urgences sanitaires (Pragsus). Le développement de la surveillance épidémiologique de la dengue dans l'objectif d'appuyer le développement des programmes de contrôle et de prévention a été explicitement recommandé par la division des maladies à transmission vectorielle du " Center for Disease Control and Prevention (CDC) " de Fort Collins dans le Colorado. Cette démarche expérimentée pour la dengue devra progressivement être étendue à d'autres pathologies transmissibles prioritaires. Le Psage propose une graduation des stratégies de surveillance et de contrôle de la dengue en Martinique, selon le risque épidémique, évalué à partir des résultats de la surveillance épidémiologique. Les stratégies devant être mise en place sont déclinées selon les quatre principaux domaines d'activité : (1) Surveillance et investigations épidémiologiques et entomologiques ; (2) Lutte contre les moustiques (lutte insecticide et mobilisation sociale) ; (3) Communication : information des professionnels de santé, des responsables politiques et administratifs (Préfecture, DSDS, Conseil Général, Maires, Centres hospitaliers), information grand public ; (4) Prise en charge médicale par le système de soins. Dans sa version actuelle, le Psage ne décrit pas les stratégies de démoustication mises en place en routine à partir des résultats de la surveillance entomologique.

Auteur : Chaud P, Yebakima A
Année de publication : 2007
Pages : 39 p.