La surveillance des infections invasives à méningocoques en France en 2000. Evaluation quantitative par la méthode de capture-recapture à 3 sources

Publié le 1 Février 2006
Mis à jour le 5 juillet 2019

En France, la surveillance des infections invasives à méningocoques (IIM) est évaluée régulièrement et les résultats permettent de redresser les taux d'incidence observés. Trois sources de données de surveillance ont été comparées : la déclaration obligatoire (DO), le Centre national de référence des méningocoques (CNR) et le réseau de laboratoires hospitaliers de bactériologie Epibac. Les cas répondant à la définition adoptée ont été appariés selon l'âge, la date de maladie et le département. Après recherche des dépendances entre sources, le nombre de cas déclarés dans aucune source a été estimé par sélection du modèle loglinéaire représentant le mieux les données. Pour l'exhaustivité d'Epibac nous avons restreint l'analyse aux cas admis dans les hôpitaux dont le laboratoire participait à Epibac en 2000. En 2000, 585 cas d'IIM ont été notifiés et 638 ont été estimés (IC à 95 % : 602 à 673). Des dépendances entre CNR et DO et entre CNR et Epibac ont été identifiées. Il existait une hétérogénéité de capture liée à la région pour DO et CNR. L'exhaustivité de la DO était de 73 % (IC 95 % : 69-77) et du CNR de 74 % (IC 95 % : 70-78). L'exhaustivité au sein du réseau Epibac a é té estimée à 74 % (IC 95 % : 70-78). L'exhaustivité de la DO en 2000 est en augmentation par rapport à celle de 1996. S'agissant d'une maladie grave nécessitant la mise en place de mesures de prévention dans l'entourage d'un cas, une exhaustivité de la DO proche de 100 % doit être envisagée. (R.A.)

Auteur : Perrocheau A
Année de publication : 2006
Pages : 40 p.