Incidence de l'infection par le VIH dans un échantillon d'hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes à Paris. Enquête Prévagay 2009 ANRS-InVS*. Numéro thématique. VIH/sida en France : données de surveillance et études

Publié le 1 December 2012
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction. Les estimations d'incidence de l'infection par le VIH au niveau national en France indiquent que les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) représentent la population la plus touchée avec presque la moitié des nouvelles infections chaque année. L'objectif de cette étude était d'estimer le taux d'incidence du VIH dans un échantillon de HSH fréquentant les lieux de convivialité gay à Paris. Méthode. En 2009, l'étude Prévagay a permis de collecter de manière transversale un questionnaire comportemental et un prélèvement de sang auprès d'un échantillon d'hommes fréquentant des bars, saunas et backrooms parisiens. Les échantillons biologiques ont été testés pour l'infection par le VIH. Parmi les sujets infectés, le test EIA-RI a été utilisé pour indiquer une infection récente. Pour exclure les faux résultats d'infection récente dus à un traitement, nous avons testé la présence d'antirétroviraux dans les échantillons. Résultats. Parmi 886 participants, 157 (18%) ont été testés positifs pour le VIH. Le taux d'incidence global est estimé à 3,8 pour 100 personneannées (PA) [IC95% : 1,5-6,2]. Le taux d'incidence est estimé à 3,5 pour 100 PA [0,1-6,1] parmi les 557 hommes qui avaient eu un test VIH négatif dans l'année précédente, et à 4,8 pour 100 PA [0,1-10,6] parmi ceux (n=329) qui n'avaient jamais été testés auparavant ou testés depuis plus d'un an (la différence étant non significative). Conclusion. Cette étude est la première à estimer un taux d'incidence du VIH parmi des HSH fréquentant des établissements communautaires. Les taux obtenus indiquent un niveau élevé de transmission de l'infection parmi les personnes sexuellement actives, malgré un niveau de recours au dépistage important. Ces résultats confirment la nécessité de disposer de programmes de prévention efficaces ciblant les HSH ayant des comportements à risque. (R.A.) *Ce texte est une adaptation de l'article précédemment publié sous la référence suivante : Le Vu S, Velter A, Meyer L, Peytavin G, Guinard J, Pillonel J, et al. Biomarker-based HIV incidence in a community sample of men who have sex with men in Paris, France. PLoS One. 2012;7(6):e39872.

Auteur : Le Vu S, Velter A, Meyer L, Peytavin G, Guinard J, Pillonel J, Barin F, Semaille C
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2012, n°. 46-47, p. 537-40