Enquête IST 2012 en Nouvelle-Calédonie : prévalences et facteurs sociodémographiques associés aux infections à Neisseria gonorrheae, à Chlamydia trachomatis et à Treponema pallidum

Publié le 18 Mars 2014
Mis à jour le 10 septembre 2019

Objectifs : estimer les prévalences des infections à Neisseria gonorrheae, Chlamydia trachomatis et Treponema pallidum dans la population calédonienne âgée de 18 à 49 ans et identifier les facteurs sociodémographiques associés. Méthodes : étude transversale selon un plan de sondage aléatoire en grappes proportionnel stratifié à trois degrés. L'échantillon a été redressé sur la population cible de l'étude. Les prévalences sont ajustées à l'âge de cette population et les facteurs de risque ont été identifiés par analyse logistique multivariée. Résultats : les prévalences s'établissent à 3,5% (intervalle de confiance (IC) à 95%: [1,9-5,1]) pour Neisseria gonorrheae, 9% [6,6-11,4] pour Chlamydia trachomatis, avec 2,1% [0,8-3,3] de co-infections à ces deux dernières maladies, 0,4% [0,0-0,9] pour la syphilis active et 3% [1,7-4,3] pour la syphilis cicatricielle. Les modèles multivariés ont révélé, selon l'infection considérée, des sur-risques liés à l'âge, au sexe, à l'ethnie, à la province de résidence, au fait de vivre seul et d'avoir un bas niveau d'étude. Une disparité du risque ethnique des Mélanésiens en fonction du lieu de résidence a été identifiée dans la survenue de Chlamydia trachomatis. Conclusion : cette première enquête probabiliste en population générale établit des taux de prévalence importants pour ces trois infections sexuellement transmissibles. Elle met en évidence des facteurs sociodémographiques associés qui permettront d'orienter la future politique de prévention en santé sexuelle de la Nouvelle-Calédonie. (R.A.)

Auteur : Corsenac P, Noel M, Rouchon B, Hoy D, Roth A
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2014, n°. 8, p. 144-52