Résistance aux antibiotiques d'isolats de Salmonella enterica issus de cas de salmonellose humaine en Europe en 2000 : résultats d'une surveillance multicentrique internationale

Publié le 1 Février 2003
Mis à jour le 5 juillet 2019

Enter-net est un réseau de surveillance internationale des infections gastro-intestinales humaines couvrant les 15 pays de l'Union européenne (UE), plus l'Australie, le Japon, la Norvège, l'Afrique du Sud, la Nouvelle Zélande et la Suisse. En 2000, le réseau Enter-net a collecté les résultats d'antibiogrammes pour des isolats issus de plus de 27 000 cas de salmonellose humaine, répartis dans 10 pays européens. Près de 40% étaient résistants à un antibiotique au moins, 18% étaient multirésistants. La résistance à l'ampicilline, à la streptomycine, aux sumphonamides et aux tétracyclines était fréquente, avec plus de 20% de résistance à au moins un de ces antibiotiques. Dans tous les pays, le taux de multirésistance était le plus élevé chez Salmonella enterica Typhimurium, avec 51% d'isolats multirésistants au total. En Angleterre et aux Pays-Bas, la multirésistance était également prévalente chez S. Virchow et S. Hadar, alors que dans d'autres pays, elle était courante pour les sérotypes tels que S. Blockley. Cette étude a montré l'importance d'une approche multinationale pour surveiller la résistance aux antibiotiques des salmonelles issues de cas d'infection humaine en Europe. Elle a également souligné l'impact de la dissémination étendue des souches multirésistantes dans la prévalence globale de la résistance et de la multirésistance.

Auteur : Threlfall EJ, Fisher IS, Berghold C, Gener Smidt P, Tschape H, Cormican M, Luzzi I, Schneider F, Wannet W, Machado J, Edwards G
Eurosurveillance, 2003, vol. 8, n°. 2, p. 40-5