Evaluation de la pertinence du signalement des infections nosocomiales dans l'interrégion Nord, janvier 2002-août 2003

Publié le 4 Janvier 2005
Mis à jour le 5 juillet 2019

Le décret ministériel du 26 juillet 2001 prévoit le signalement des infections nosocomiales (IN) dont les modalités d'application ont été précisées dans la circulaire du 30 juillet 2001, puis dans celle du 22 janvier 2004. Les cas d'IN correspondant aux critères de signalement externe prévus par les textes précédents doivent être adressés aux Centres interrégionaux de coordination de la lutte contre les infections nosocomiales (CClin) et aux autorités sanitaires (Ddass). Ce dispositif, dont l'objectif principal est l'alerte, doit permettre d'identifier des situations à " risques de transmission (de l'IN) à des tiers, d'apparition ou de diffusion de cas semblables " devant déclencher des actions de prévention adaptées. L'équipe opérationnelle d'hygiène (EOH) locale est en première ligne pour effectuer les investigations et mettre en place les mesures correctives et préventives avec l'aide éventuelle du CClin. Les motifs et l'impact en termes d'action ou de prévention des signalements reçus depuis août 2001 sont très divers. L'évaluation de la spécificité du signalement est difficile en l'absence d'une définition précise du signalement idéal. Dans l'objectif d'approcher la spécificité du signalement, les auteurs ont étudié la pertinence des signalements reçus au CClin pendant une période de 18 mois à travers la gravité des épisodes déclarés et leur impact en terme d'actions préventives. (Introduction auteurs)

Auteur : Carbonne A, Poupard M, Maugat S, Astagneau P
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2005, n°. 1, p. 2-3