Conception, échantillonnage, organisation du terrain d'une enquête TLS et nouveaux développements : Coquelicot, une enquête auprès d'usagers de drogues

Publié le 1 Janvier 2010
Mis à jour le 5 juillet 2019

Afin de suivre la dynamique de l'épidémie d'hépatite C chez les usagers de drogue (UD) en France, l'enquête ANRS-Coquelicot a été réalisée en France entre 2004 et 2007. Cette enquête menée sur 5 villes (Lille, Strasbourg, Paris, Bordeaux, Marseille) est constituée d'un volet épidémiologique et socio-anthropologique. La population cible de cette enquête est à la fois difficile à définir et à atteindre, en raison de profils sociaux et de rapports à l'usage de drogues diversifiés et de la stigmatisation de la pratique d'usage. La population des UD étudiée est celle qui fréquente les dispositifs spécialisés et qui représente une sous-population ayant un " rapport problématique aux drogues " et plutôt socialement précaire. La méthodologie utilisée dans le volet épidémiologique a mis en oeuvre une stratégie d'échantillonnage aléatoire via un plan de sondage, intégrant la Méthode Généralisée du Partage des Poids (MGPP) et s'appuie sur un recueil de données biologiques pour estimer la prévalence de l'hépatite C. L'utilisation d'outils méthodologiques innovants utilisés pour la première fois en France (plan de sondage avec MGPP, tests biologiques) dans l'enquête ANRS-Coquelicot a permis de produire des estimations valides de la prévalence du VHC dans la population des UD, prévalence particulièrement élevée qui se monte à 60%. La méthodologie mise en oeuvre dans cette enquête a permis d'inférer ses résultats à la population cible étudiée. L'épidémiologie a permis de décrire, de mesurer et d'accéder dans une certaine mesure à la généralisation. Les données qualitatives (entretiens et observations ethnographiques) ont été confrontées aux données produites par l'épidémiologie et ont permis de mieux appréhender le contexte social du risque et le sens que les UD lui accordent. L'utilisation de méthodologies quantitatives et qualitatives a ainsi permis d'aborder la question de l'exposition au risque de l'hépatite C chez les usagers de drogues dans sa complexité. (Présentation éditeur)

Auteur : Jauffret Roustide M, Le Strat Y
Methodological Innovations Online, 2010, vol. 5, n°. 2, p. 26-37