Évaluation du Programme national de dépistage organisé du cancer du sein en France : période 2004-2009.

Publié le 26 Septembre 2012
Mis à jour le 9 septembre 2019

Objectif. Présenter les résultats de l'évaluation du Programme national de dépistage organisé du cancer du sein sur la période 2004-2009. Matériel et méthode. Les données analysées sont issues de la base nationale du dépistage organisé (DO) et concernent les femmes âgées de 50 à 75 ans résidant en métropole au moment de leur dépistage, de 2004 à 2009. Des indicateurs d'activité, de qualité et d'efficacité précoce sont calculés avec leur intervalle de confiance à 95%, et standardisés sur l'âge. Les résultats sont présentés suivant le rang de dépistage, en prenant en compte des antécédents de dépistage individuel (DI). Des tests de tendance linéaire en fonction du temps ont été calculés à partir d'un modèle de régression de Poisson ajusté sur l'âge et le département. Les données sur le cancer de l'année 2009 sont provisoires. Résultats. Le taux de dépistages positifs avant bilan diagnostique était de 9,2 pour cent femmes dépistées en 2009, et le taux de cancers finalement détectés était de 6,9 pour mille femmes dépistées en 2008. La deuxième lecture, effectuée uniquement sur les mammographies jugées normales ou bénignes, permet un taux de dépistages positifs avant bilan de 1,3 pour cent femmes dépistées, et un taux de cancers détectés de 0,44 pour mille femmes dépistées. Des baisses significatives de ces taux sont observées depuis 2004. Les taux de cancers de bon pronostic étaient de 1,06 cancer in situ, 1,95 cancer invasif de petite taille et 3,87 cancers invasifs sans envahissement ganglionnaire pour mille femmes dépistées en 2008. Ces taux montrent de légères baisses significatives depuis 2004, mais des évolutions stables en termes de proportion de cancers détectés. La valeur prédictive positive (VPP) des dépistages positifs avant bilan était de 7,3% en 2008, et augmente de façon significative depuis 2004. Ces résultats sont cependant différents suivant le rang du dépistage, avec des valeurs nettement plus élevées pour un premier dépistage dans le cadre du DO sans antécédent déclaré de DI. Discussion-conclusion. Les résultats montrent globalement des valeurs conformes aux niveaux recommandés par les guides européens. Ils montrent de faibles évolutions, plutôt en faveur d'une amélioration de la procédure de dépistage, mais sur une courte période de temps où les procédures et techniques de dépistage sont restées stables. Cette évaluation devra être reproduite, notamment pour évaluer l'introduction de la mammographie numérique dans ce programme. (R.A.)

Auteur : Rogel A, Lastier D, Salines E
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2012, n°. 35-36-37, p. 399-404