L'étude PANJO

Publié le 5 juillet 2017
alternative text

La qualité de la relation qui s'établit entre le parent et son nouveau-né est déterminante pour le développement et la santé à venir de celui-ci. Or, les conditions de vie dans lesquelles les parents accueillent leur premier enfant varient et n'offrent pas les mêmes chances à tous. C'est pourquoi Santé publique France conduit, avec ses partenaires, l'étude PANJO. Celle-ci a pour but de comprendre comment mieux accompagner les futurs parents se sentant seuls ou trop peu entourés lorsqu'ils se préparent à accueillir leur premier enfant.

Panjo 1 : 2014-2015

La première phase de PANJO élaborée et mise en œuvre par l'Inpes (Institut National de Prévention et d'Education pour la Santé devenu Santé publique France en mai 2016) a eu pour objectif de tester l'acceptabilité des interventions de type PANJO, auprès des professionnels des PMI et des familles bénéficiaires. Les services de PMI de trois départements se sont impliqués dans cette première phase :, Loire Atlantique, Rhône, Hauts-de-Seine. Cette première étape a permis de confirmer la très bonne acceptation du dispositif par les professionnels et les familles et d'optimiser le dispositif d'intervention et de formation des professionnels.

Panjo 2 : 2016-2018

La deuxième phase vise à expérimenter le dispositif PANJO optimisé, et évaluer son efficacité. Pour ce faire, Santé publique France a signé une convention de recherche et développement avec l'Agence des Nouvelles Interventions Sociales et de Santé (l'ANISS).

Il est prévu que 500 femmes enceintes participent à l'étude PANJO 2. Deux groupes sont en cours de formation. Le premier groupe de participantes (cohorte non-exposée), recruté en maternité, a accès aux accompagnements proposés habituellement aux femmes enceintes et jeunes mamans : soins en maternité, PMI, services sociaux, CAF, crèches... Le second groupe de femmes (cohorte exposée), recruté par les équipes de PMI a accès aux accompagnements habituels et bénéficie en plus des interventions PANJO.

Les interventions PANJO reposent sur un minimum de 6 visites au domicile des participantes : 2 pendant la grossesse, et 4 après la naissance jusqu'au 6 mois de l'enfant. Les échanges lors des visites sont centrés sur le développement des liens d'attachement précoces et le renforcement des comportements favorables à la santé. Ces interventions sont menées uniquement par des professionnelles de PMI ayant bénéficié d'un dispositif spécifique d'harmonisation des pratiques (formation PANJO, d'un référentiel commun d'intervention et de supervisions).

Les partenaires

Pour expérimenter PANJO 2, Santé publique France et l'ANISS comptent sur l'engagement de onze Conseils départementaux et leurs services de PMI pour la constitution du groupe exposé et d'une dizaine de maternité pour le groupe non-exposé. D'autres partenaires se sont joints au projet. C'est ainsi que nous pouvons compter sur l'Université du Québec à Montréal pour les aspects scientifiques, les services de pédopsychiatrie pour assurer les supervisions, la fédération des réseaux de périnatalité et certaines Agences Régionales de Santé pour soutenir l'implantation locale de l'étude.

Les territoires expérimentant PANJO 2

Les Landes (secteur Mont-de-Marsan), la Loire -Atlantique (secteur Blain et Châteaubriant), le Lot, le Maine-et-Loire (secteur Saumur), la Mayenne (Secteurs Evron et Les Pommeraies) la Moselle (secteurs Montigny, Sarreguemines et Creutzwald), les Pyrénées Atlantiques (Secteurs Morlaàs et Anglet), le Haut-Rhin (Secteurs Mulhouse, Colmar, Thann et Saint Louis), le Rhône (Secteurs Bron et Vaulx-en-Velin) , la Sarthe (Antenne de Mayet, Montval-sur-Loir et La Flèche), la Vendée (Secteur Fontenay le Comte).

Rappel pour les familles participantes à l'étude

Santé publique France rappelle qu'à tout moment les participantes peuvent demander des informations complémentaires sur leur participation ou sur l'étude, en contactant l'équipe PANJO par email evalpanjo@santepubliquefrance.fr ou par téléphone 01 71 80 15 95.