Work-related risk factors for lateral epicondylitis and other cause of elbow pain in the working population

Publié le 1 Avril 2013
Mis à jour le 5 juillet 2019

BACKGROUND: This study was designed to assess the relationship between work-related combined physical and psychosocial factors and elbow disorders (lateral epicondylitis and non-specific disorders without lateral epicondylitis) in the working population. METHODS: A total of 3,710 workers (58% men) in a French region in 2002-2005 participated in physical examinations by occupational health physicians and assessed their personal factors and work exposure by self-administered questionnaire. Statistical associations between elbow disorders and risks factors were analyzed using multinomial logistic regression. RESULTS: A total of 389 (10.5%) workers had elbow pain without lateral epicondylitis and 90 (2.4%) workers had lateral epicondylitis. Age, body mass index (>25), and low social support (only for men) were significant risks factors. Hard perceived physical exertion combined with elbow flexion/extension (>2 hr/day) and wrist bending (>2 hr/day) was a strong significant risk factor for elbow pain and epicondylitis: among men, adjusted Odds Ratio (ORa) = 2.6 (1.9-3.7) and ORa = 5.6 (2.8-11.3), respectively; among women, ORa = 1.4 (0.9-2.2) and ORa = 2.9 (1.3-6.5). CONCLUSIONS: This study emphasizes the strength of the associations between combined physical exertion and elbow movements and lateral epicondylitis. Certain observed differences in associations with lateral epicondylitis and elbow pain only indicate the need for additional longitudinal studies on different stages of elbow disorders and known risk factors. Traduction du résumé : L'objectif de cette étude était d'évaluer la relation entre les facteurs professionnels physiques et psychosociaux et les troubles musculo-squelettiques (TMS) du coude (épicondylite latérale et troubles non spécifiques sans épicondylite latérale) dans la population active. Au total, entre 2002 et 2005, 3 710 travailleurs (58% d'hommes) d'une région française ont participé à des examens cliniques réalisés par des médecins du travail et ont évalué leurs facteurs personnels et d'exposition professionnelle à l'aide d'un auto-questionnaire. Les associations statistiques entre les TMS du coude et les facteurs de risque ont été analysées à l'aide d'une régression logistique multinomiale. Au total, 389 (10,5%) travailleurs avaient une douleur au coude sans épicondylite latérale et 90 (2,4%) travailleurs souffraient d'une épicondylite latérale. L'âge, l'indice de masse corporelle (> 25 kg/m²) et un faible soutien social (uniquement pour les hommes) étaient des facteurs de risque significatifs. Une importante pénibilité physique perçue associée à des contraintes de flexion / extension du coude (> 2 h / jour) et de flexion du poignet (> 2 h / jour) était un facteur de risque significatif pour la douleur au coude et l'épicondylite: chez les hommes, les odds ratio ajustés (ORa) étaient respectivement de 2,6 (1.9- 3.7) et de 5,6 (2.8- 11.3). Ils étaient de 1,4 (0,9-2,2) et 2,9 (1.3-6.5) chez les femmes. Cette étude souligne la force de l'association entre la pénibilité physique combinée à des mouvements du coude et l'épicondylite latérale. Certaines différences observées dans les associations avec l'épicondylite latérale et la douleur au coude sans épicondilyte indiquent la nécessité d'études longitudinales sur les facteurs de risque connus et es différents niveaux de troubles musculo-squelettiques du coude.(Traduction du résumé effectuée par la Cellule de Valorisation Editoriale CeVE- de l'InVS)

Auteur : Herquelot E, Bodin J, Roquelaure Y, Ha C, Leclerc A, Goldberg M, Zins M, Descatha A
American Journal of Industrial Medicine, 2013, vol. 56, n°. 4, p. 400-9