Système multi sources de surveillance des cancers. Croisement des données ALD et PMSI. Description des données 2006-2008 et construction d'indicateurs

Publié le 1 Avril 2012
Mis à jour le 5 juillet 2019

Le croisement des données d'affection longue durée (ALD) et du Programme médical des systèmes d'information (PMSI) constitue le premier axe de réorientation du développement du système multi source de surveillance des cancers recommandé par les conclusions du pilote. L'objectif du croisement était de décrire à l'échelle nationale, les données ALD cancer issues de la base du système national d'information interrégime de l'Assurance maladie de 2006-2008, les séjours PMSI 2004-2008 pour cancer ainsi que les données issues du croisement de ces deux sources sur la période 2006-2008. Il s'agissait aussi d'élaborer une méthode de construction d'indicateurs de surveillance à partir des données croisées. Huit localisations cancéreuses (sein, poumon, côlon-rectum, col et corps de l'utérus, thyroïde, système nerveux central (SNC) et rein) ont été étudiées. Les séjours pour cancer de l'année d'étude ont été sélectionnés grâce aux codes CIM10 en diagnostic principal, chaînés avec les séjours identiques du PMSI des années antérieures. Les bénéficiaires d'ALD pour cancer étaient sélectionnés grâce au code CIM10 et la date de début d'ALD la plus ancienne. Les cas sélectionnés étaient croisés grâce à un identifiant anonyme commun. Les indicateurs mesurant leur niveau étaient confrontés aux estimations nationales d'incidence. L'écart relatif entre indicateur issu du croisement et incidence estimée en 2008 était : - très faible pour le poumon (-1 %) et le sein (+6 %) ; - important pour la thyroïde (+17 %), le côlon-rectum (+22 %), le rein (+28 %) et le corps de l'utérus (+33 %) ; - très important pour le corps de l'utérus (+33 %), le col de l'utérus (+49 %) et le SNC (+61 %). L'écart relatif important observé pour certains cancers s'expliquerait par un nombre élevé de "faux-positifs" parmi les cas non appariés. Le PMSI et les ALD n'étaient pas conçus pour un objectif épidémiologique mais médico-économique. Toutefois, leur couverture nationale, l'exhaustivité des données et le numéro patient commun constituent des atouts majeurs pour la surveillance des cancers.(R.A.)

Auteur : Kudjawu Y, Rudant J, Decool E, Danzon A, Gremy I, Musset A, Nicolau J
Année de publication : 2012
Pages : 70 p.