Recours à une enquête web pour augmenter la participation à une enquête téléphonique : exemple du Baromètre santé généralistes 2009.

Publié le 1 Janvier 2010
Mis à jour le 5 juillet 2019

Les taux de réponses des enquêtes téléphoniques en population générale et plus encore celles auprès de professionnels de santé libéraux, sont en nette diminution depuis bientôt une dizaine d'années. L'INPES, afin de limiter les refus de participation, a mis en place dans le cadre de l'enquête " Baromètre santé médecins généralistes 2009 ", une série de mesures parmi lesquelles la proposition d'une enquête web alternative. L'échantillon des praticiens exerçant une activité libérale, a été tiré aléatoirement dans une base régulièrement mise à jour par les visiteurs médicaux et complétées par différentes informations telles que distribution de presse médicale, commande d'ordonnance (CEGEDIM®). Cet échantillon a été appelé par téléphone entre les mois de novembre 2008 et janvier 2009. Tout médecin ayant refusé cet entretien téléphonique ou n'ayant pu honorer les rendez-vous fixés avec lui pour répondre à l'enquête était rappelé ; un questionnaire " on line ", construit de manière identique au questionnaire téléphonique (libellé des questions, filtres, consignes enquêteurs apparaissant à l'écran...), lui était alors proposé. Ainsi, 1 836 généralistes ont été rappelés afin que leur soit proposé ce questionnaire. Parmi eux, 129 ont finalement accepté de répondre par téléphone, 532 ont donné leur accord pour répondre par internet (en acceptant de transmettre leur adresse mail) ; au final, 185 ont répondu au questionnaire web représentant près de 9 % de l'échantillon final (n=2 083) et 10 % des primo-refusant. Le taux de participation global est ainsi passé de 48,0 % à 57,1 %. Outre la description de la mise en oeuvre de cette enquête web, la communication abordera les spécificités de l'échantillon complémentaire, notamment la structure selon le genre, l'âge, le lieu d'exercice et autres variables caractéristiques de la pratique professionnelle. Cet échantillon sera ainsi comparé à l'échantillon téléphonique, mais également à la structure de la population des généralistes libéraux disponible par d'autres sources (SNIR, SNIRAM, ADELI). Seront par ailleurs discutés les difficultés liées à la coexistence de deux modes de recueil notamment sur la validité des réponses. Au final, il s'agira d'évaluer dans quelle mesure des résultats différents auraient été observés si cette étude web complémentaire n'avait pas été réalisée. [résumé auteur]

VIème colloque francophone sur les sondages., Tanger(Maroc), 2010/03/23-25

Auteur : Gautier Arnaud, Blineau Valérie, Evrard Isabelle, Mousques Julien, Beck Francois
Année de publication : 2010