Prevalence of toxoplasmosis in France in 1998: Is there a difference between men and women? At what age do children become infected?

Publié le 5 Août 2013
Mis à jour le 5 juillet 2019

Background The only national seroprevalence data currently available on toxoplasmosis in France are from the national perinatal surveys of pregnant women conducted in 1995 and 2003. These surveys are national, exhaustive and cross-sectional studies of all pregnant women who give birth in France during one specified week. These cross-sectional studies, conducted among women of childbearing age (defined as 18 to 45 years), showed a positive correlation between seroprevalence and age, with a significant regional disparity. This study was performed in order to compare the prevalence of toxoplasmosis antibodies in men and women in the 18 45 age group, to confirm regional variations and to estimate the seroprevalence of toxoplasmosis in France for different age groups, particularly among children and among adults aged over 45 years. Methods Serum samples from 2060 subjects were available from a national serum bank that was established in 1997 as part of a European study on vaccine preventable diseases. The sera were tested for IgG antibodies in 2008 2009, by ELISA test, at the laboratory of parasitology-mycology, CHU Grenoble. Results The seroprevalence for the population aged 1 64 years was 55.4%. Seroprevalence did not vary between the sexes, except among those aged over 45 years, where it was higher in men than in women. Toxoplasmosis seroprevalence varied significantly by regions for all ages. It increased with age and we noted a stronger increase in prevalence in adolescents (10 20 years) than in other age groups. Conclusion This study showed that children have limited exposure to Toxoplasma gondii and that seroprevalence in men and women does not differ for the population aged 45 years and under. This study confirms the geographical disparity in prevalence in France that has been found in other studies in women of childbearing age. This disparity cannot be explained by different laboratory techniques, because sera were tested in a single laboratory. The study also raises the possibility of extrapolating seroprevalences from ENP to the general population and thus estimating the seroprevalence in the French population. (R.A.) Traduction du résumé : Les seules données nationales de la séroprévalence de la toxoplasmose disponibles en France à ce jour proviennent des enquêtes nationales périnatales réalisées en 1995 et 2003 chez la femme enceinte. Ces enquêtes nationales, qui sont des études transversales exhaustives réalisées pour toutes les naissances en France durant une semaine, ont montré une corrélation positive de la séroprévalence de la toxoplasmose avec l'âge et une disparité régionale importante. Les objectifs de ce travail étaient de comparer la prévalence entre les hommes et les femmes en âge de procréer (18 45 ans), de vérifier les variations entre les régions et d'estimer la séroprévalence de la toxoplasmose en France selon l'âge,notamment chez les enfants et les adultes âgés de plus de 45 ans. Un échantillon de sérum concernant 2060 sujets provenait d'une sérothèque nationale mise en place dans le cadre d'une étude séroépidémiologique européenne réalisée en 1997 pour étudier les maladies à prévention vaccinale. La recherche des anticorps antitoxoplasmose type IgG a été faite grâce au test Elisa en 2008 2009 au laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Grenoble. La séroprévalence de la toxoplasmose chez la population âgée de un à 64 ans était de 55,4 %. Elle n'était pas différente entre les hommes et les femmes à l'exception de ceux qui sont âgés de plus de 45 ans ou` elle était plus élevée chez les hommes. Elle variait significativement selon les régions et elle augmentait avec l'âge, avec une augmentation importante à` l'adolescence. Cette étude montre que les enfants sont peu exposés à la toxoplasmose et que jusqu'à l'âge de 45 ans la séroprévalence des hommes n'est pas significativement différente de celle des femmes. Cette étude confirme que la disparité géographique de la séroprévalence de la toxoplasmose en France déjà décrite ne peut pas être expliquée par des différences de techniques entre laboratoires car tous les sérums ont été testés en un seul lieu. Elle permet de considérer que les séroprévalences de l'Enquête nationale périnatale peuvent être extrapolées aux hommes et donnent des estimations de la prévalence de la toxoplasmose dans la population générale. (Traduction effectuée par la Cellule de Valorisation Editoriales - Ceve - de l'InVS)

Auteur : Bellali H, Pelloux H, Villena I, Fricker-Hidalgo H, Le Strat Y, Goulet V
Revue d'épidémiologie et de santé publique, 2013, vol. 61, n°. 4, p. 311-7