Prévalence et caractéristiques des patients traités par antifongiques dans les établissements de santé, France, 2006.

Publié le 25 Août 2009
Mis à jour le 4 septembre 2019

La consommation hospitalière d'antifongiques (AF) en France est peu connue. En 2001 et 2006, deux enquêtes nationales de prévalence (ENP) des infections nosocomiales (IN) ont documenté les prescriptions d'antiinfectieux (AI) dont les AF. Elles recueillaient de manière standardisée les caractéristiques des établissements de santé (ES), des services et des patients, les traitements AI systémiques et leur indication (IN, infection communautaire, prophylaxie). En 2006, 2 337 ES ont participé incluant 358 353 patients dont 2 766 (0,77 %) recevaient un traitement AF pour un total de 2 850 molécules. Par spécialité, la prévalence des patients sous AF (PPAF) était la plus élevée en hématologie (18,8 %) et en réanimation (6,2 %). Les quatre molécules AF les plus prescrites étaient le fluconazole (60 %), l'amphotéricine B (19 %), le voriconazole (7 %) et la caspofungine (5 %). Comparés à l'ensemble des patients enquêtés, les patients traités par AF étaient plus souvent des hommes (52,8 % vs 43,6 %), immunodéprimés (46,5 % vs 9,5 %), avec un score de Mac Cabe de 2 (30 % vs 7,9 %) ou un dispositif invasif (63,4 % vs 24 %). Dans les 1 351 ES ayant participé aux deux enquêtes, la PPAF, toutes indications confondues, est restée stable de 2001 à 2006 (0,85 % vs 0,86 %). La PPAF restait faible en France en 2006, mais devrait faire l'objet d'études prospectives pour mieux la caractériser. (R.A.)

Auteur : Fischer A, Maugat S, Thiolet JM, Coignard B
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2009, n°. 31-32, p. 353-6