Mortalité par accident de la vie courante en France métropolitaine, 2000-2008

Publié le 19 Juillet 2011
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction - L'objectif de ce travail était de mesurer et de caractériser les décès par accident de la vie courante (AcVC) en France de 2000 à 2008. Méthodes - Les résultats ont été établis à partir d'une liste " accidents " issue des causes externes de traumatismes de la Classification internationale des maladies, 10ème révision, et exprimés en effectifs, en taux bruts et en taux standardisés sur l'âge. Résultats - En 2008, il y a eu 19 703 décès par AcVC en France métropolitaine (taux standardisé de 25,1/100 000). Une surmortalité masculine a été retrouvée, de 32,7/100 000 chez les hommes vs. 18,9/100 000 chez les femmes, soit un rapport hommes/femmes de 1,7. Les deux tiers des décès par AcVC sont survenus chez les 75 ans et plus. Les chutes (11,3/100 000), les suffocations (3,8/100 000), les noyades (1,5/100 000), les intoxications (2,0/100 000) et les accidents par le feu (0,7/100 000) ont été les principales causes de décès par AcVC. Entre 2000 et 2008, le taux de mortalité par AcVC a diminué de 2,8 % par an. Cette diminution, variable selon les types d'AcVC, a été observée surtout chez les moins de 15 ans (-5,7 % par an). Sur les trois dernières années, les effectifs de décès par AcVC ont augmenté : +2,8 % de 2006 (18 549) à 2007 (19 061 décès), et +3,4 % de 2007 à 2008. Cette augmentation s'explique uniquement par l'évolution démographique (plus de personnes âgées) : en effet les taux de mortalité standardisés sont restés stables, autour de 25/100 000. Conclusion - Les AcVC restent une cause importante de décès en France. De nombreux décès pourraient être évités par des mesures de prévention et de réglementation adaptées. (R.A.)

Auteur : Barry Y, Lasbeur L, Thelot B
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2011, n°. 29-30, p. 328-32