Les accidents d'exposition au sang chez les sages-femmes dans les maternités françaises. Résultats de la surveillance nationale en 2003

Publié le 1 Mai 2006
Mis à jour le 5 juillet 2019

But. La profession de sage-femme (SF) est l'une des plus à risque à d'accidents d'exposition au sang (AES). Grâce à l'étude de la base nationale de surveillance des AES, nous avons voulu ici décrire les AES inhérents à cette fonction. Matériels et méthodes. En 2003, 241 établissemnts ont participé à la surveillance nationale des AES. Les établissements ont documenté de manière anonyme et standardisé, tout AES déclaré à la médecine du travail, survenant chez un membre de son personnel. Les données ont ensuite été envoyées au Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (C.CLIN), responsable de la gestion de cette base de données, afin que soit réalisée une analyse nationale des accidents signalés. Résultats. Parmi les 6973 AES recueillis en 2003, 169 (2,4%) étaient des AES déclarés par des SF ou des élèves. Les trois accidents les plus fréquemment signalés étaient les projections oculaires lors d'accouchements, les piqûres lors de réfections d'épisiotomies, les piqûres ou coupures lors de manipulations d'instruments souillés. Conclusion. Les AES dus à des coupures ou des piqûres sont largement retrouvés dans d'autres professions pratiquant les mêmes gestes (ponctions veineuses pour les infirmières, sutures pour les chirurgiens). En revanche, les AES par projections représentent une particularité de la profession de sage-femme. Les mécanismes de ces accidents, lorsqu'ils surviennent lors d'accouchements, sont peu décrits. Il serait intéressant de mener des études spécifiques sur les projections en salle d'accouchement afin de permettre des attitudes de prévention plus adaptées.

Auteur : Vincent A, Cohen M, Bernet C, Parneix P, L'heriteau F, Branger B, Talon D, Hommel C, Abiteboul D, Coignard B
Journal de gynécologie, obstétrique et biologie de la reproduction, 2006, vol. 35, n°. 3, p. 247-56