La question du genre dans l'analyse des pratiques addictives à travers le Baromètre santé, France, 2005.

Publié le 10 Mars 2009
Mis à jour le 6 septembre 2019

Objectifs - Évaluer l'influence du genre sur les usages de substances psychoactives parmi les adultes en France, suivant le niveau d'éducation, le statut face à l'emploi, la profession et catégorie sociale. Méthode - Le Baromètre santé 2005 est une enquête téléphonique nationale représentative des 12-75 ans suivant un sondage à deux degrés (ménages, individus) incluant les téléphones portables. Cette étude est centrée sur les 24 674 individus âgés de 18 à 64 ans. Les données ont été analysées à l'aide de régressions logistiques ajustées sur l'âge et trois indicateurs de situation sociale. Résultats - Les niveaux d'usage sont plus élevés parmi les hommes. Pour les deux sexes, une surconsommation de tabac est liée au chômage. La consommation d'alcool et l'ivresse alcoolique sont plus communes parmi les hommes sans emploi, mais pas parmi les femmes, chez qui la consommation d'alcool, l'ivresse et le cannabis sont plus fréquents chez les cadres que chez les ouvriers, ce qui n'est pas le cas pour les hommes. Des résultats similaires sont observés pour le niveau de diplôme, associé à des consommations plus élevées d'alcool, des ivresses plus fréquentes et un usage de cannabis plus répandu parmi les femmes, mais moins élevé parmi les hommes. Par conséquent, pour ces usages, les écarts entre les hommes et les femmes diminuent avec l'élévation du milieu social, quel que soit l'indicateur retenu. Conclusion - Les hommes sont généralement plus consommateurs de drogues que les femmes, mais l'ampleur de la différence varie suivant le milieu social : lorsqu'ils occupent des positions plus favorables, les hommes tendent à adopter des comportements d'usages plus raisonnables, tandis que les femmes ont tendance à les "masculiniser".[résumé auteur]

Auteur : Beck F, Legleye S, Maillochon F, De Peretti G
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2009, n°. 10-11, p. 90-93