Il faut s'ouvrir davantage aux personnes vulnérables.

Publié le 1 Janvier 2011
Mis à jour le 5 juillet 2019

Souvent négligés, les déterminants socio-environnementaux comme le lien social, les ressources financières ou la solidarité de la communauté jouent un rôle majeur dans la santé des aînés. Ils influencent leur qualité de vie et, en particulier, leur autonomie. Dans cet entretien, Jean-Pierre Aquino souligne la nécessité pour la société de prendre en compte ces déterminants en organisant une place adaptée aux personnes qui avancent en âge. Il dénonce l'exclusion des plus anciens et préconise une réorientation du Plan national " Bien vieillir " au profit des personnes les plus vulnérables qui peuvent basculer dans la dépendance. C'est la prévention de cette dépendance que l'on peut développer, car l'espérance de vie sans incapacité dépend autant de facteurs environnementaux, économiques et politiques que de facteurs individuels.

Auteur : Dangaix Denis, Aquino Jean-Pierre
La Santé de l'homme, 2011, n°. 411, p. 19-20