Évaluation de la dépression dans une enquête en population générale.

Publié le 23 Septembre 2008
Mis à jour le 06 septembre 2019

Une récente campagne de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) a informé le grand public sur les troubles dépressifs. Les données de prévalences utilisées reposent sur des enquêtes épidémiologiques en population générale utilisant des instruments dont il importe de connaître les modalités de construction afin de bien en identifier le périmètre d'interprétation. Cet article explicite ce dont il est question en matière de "dépression" dans une enquête épidémiologique et présente les prévalences des troubles ainsi caractérisés obtenues à partir du Baromètre santé 2005 de l'Inpes. Il s'agit ici de l'Épisode dépressif majeur (EDM), dont la définition critériologique est donnée par le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV-TR). Les occurrences (sur 12 mois) de ce trouble sont évaluées par un instrument utilisable en population générale, le CIDI-Short-Form. La prévalence des symptômes dépressifs subsyndromiques s'élève à 19% ; 7,8% des personnes ont présenté un EDM, dont 4,2% un EDM d'intensité moyenne et 3,2% un EDM sévère. Quarante-huit pour cent des personnes qui ont présenté un tel épisode au cours des 12 derniers mois en ont eu au moins deux. Quinze pour cent présentent un trouble chronique. Au regard notamment de ces résultats et des conséquences particulièrement délétères des troubles dépressifs caractérisés, tout particulièrement sévères, ces analyses confirment la problématique de santé publique qu'ils représentent et l'intérêt d'une campagne nationale d'information. (R.A.).

Auteur : Briffault X, Morvan Y, Guilbert P, Beck F
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2008, n°. 35-36, p. 318-321