Estimation de la morbidité routière, France, 1996-2004

Publié le 6 Mai 2008
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction - En France, comme dans les autres pays européens, les blessés de la route sont recensés par les forces de l'ordre mais, contrairement aux tués, leur dénombrement est incomplet et biaisé. Méthode - L'existence d'une deuxième source d'enregistrement, médicale, dans le département du Rhône, permet d'estimer le bilan exhaustif de la morbidité routière sur la France, par capture-recapture et projection. Résultats - Sur 1996-2004 il est estimé, en moyenne annuelle, 514 300 blessés dont 137 000 hospitalisés, 60 800 blessés graves (New Injury Severity Score NISS 9+) et 7 500 avec séquelles majeures (Injury Impairment Scale IIS 3+). L'analyse révèle que les blessés graves à deux-roues motorisé sont désormais aussi nombreux que les blessés graves automobilistes (de l'ordre de 20 000) et les blessés graves cyclistes aussi nombreux que les piétons (de l'ordre de 6 000). Les hommes et les jeunes (15-29 ans) présentent un fort sur-risque. Conclusion - Les données recueillies par les forces de l'ordre ne permettent pas à elles seules de quantifier le nombre de blessés de la route, et ce quelle que soit la gravité de l'atteinte. Le présent travail indique qu'il y a autant de blessés avec séquelles majeures que de tués. Les usagers de deux-roues motorisés notamment paient un lourd tribut, plus encore en termes de blessés graves et de séquelles majeures que de décès. (R.A.)

Auteur : Amoros E, Martin JL, Laumon B
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2008, n°. 19, p. 157-60