Analyse de la mortalité prématurée dans le secteur de la construction

Publié le 21 Juillet 2009
Mis à jour le 5 juillet 2019

Objectif - Réaliser une étude de mortalité prématurée (survenant avant 65 ans) sur une cohorte constituée à partir de l'Échantillon démographique permanent de l'Insee (échantillon représentatif de la population française au 1 %), composée de 97 981 hommes, dont 12 788 s'étaient déclarés travailleurs de la construction au recensement de 1968. Méthodes - Comparaison externe : ratios standardisés de mortalité calculés en utilisant la population générale masculine française comme référence. Comparaison interne : risques relatifs de mortalité prématurée par cause calculés pour l'ensemble des travailleurs de la construction en utilisant comme référence les 85 193 travailleurs des autres industries au recensement de 1968. Résultats - Parmi les travailleurs de la construction, 1 908 décès ont été observés au cours de la période d'étude (1974-1999) et on observe, par comparaison externe et interne, une surmortalité significative par cancer, en particulier par cancer de l'appareil respiratoire, et par chute accidentelle, et une sous-mortalité par maladies infectieuses. L'analyse par catégorie socioprofessionnelle indique que ces résultats sont essentiellement observés chez les ouvriers. Conclusions - En dépit du rôle possible de facteurs extraprofessionnels (alcool, tabac, alimentation) et des limites potentielles de l'étude, une surmortalité est montrée dans le secteur de la construction pour des causes attribuables à des facteurs de risques professionnels connus. (R.A.)

Auteur : Thuret A, Geoffroy Perez B, Luce D, Goldberg M, Imbernon E
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2009, n°. 30, p. 325-8