La rougeole en France : impact épidémiologique d'une couverture vaccinale sub-optimale

Publié le 14 Avril 2004
Mis à jour le 5 juillet 2019

La promotion de la vaccination depuis 1983 a été accompagnée d'une réduction très importante de la morbidité et de la mortalité de la rougeole. Cependant la couverture vaccinale n'est pas assez élevée pour interrompre la transmission du virus malgré les récentes activités de rattrapage. La conjonction de ce niveau insuffisant de couverture vaccinale et d'une faible circulation virale depuis plusieurs années entraîne un niveau de réceptivité à la maladie important chez les grands enfants. Le système de surveillance Sentinelles ne permet plus d'identifier actuellement les zones de transmission résiduelle de la rougeole et ne permet pas de connaître la proportion des cas de rougeole parmi les cas cliniquement suspectés. On peut ainsi s'attendre à une proportion de vrais cas de rougeole faible. A terme, les outils de surveillance devront offrir une notification exhaustive, une définition clinique large, une confirmation biologique, un typage des souches, une mesure des couvertures vaccinales pour chacune des doses et une estimation de la proportion de la population susceptible par modélisation ou étude sérologique.

Auteur : Bonmarin I, Parent du Chatelet I, Levy Bruhl D
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2004, n°. 16, p. 61-2