Campagne de vaccination contre les infections à méningocoque dans une région rurale des Pays-Bas - janvier 1998

Publié le 1 Février 1999
Mis à jour le 5 juillet 2019

Neisseria meningitidis du groupe C est régulièrement responsable d'épidémies en milieu scolaire et universitaire et dans les bases militaires. De telles épidémies communautaires ont été décrites cette dernière décennie. Depuis qu'un vaccin polysaccharidique efficace et sans danger est disponible, la question de son administration et du moment de son administration se pose régulièrement. La délimitation du groupe cible à vacciner est toujours délicate et doit tenir compte de considérations variables suivant les situations. En mai 1997, un tournoi international de football auquel participaient deux équipes de Putten (Pays-Bas) s'est tenu à Genk (Belgique). Trois jours après la fin du tournoi, un assistant belge décédait des suites d'une infection à méningocoque invasive. Après enquête, il est apparu que d'autres cas étaient survenus chez des participants, après leur retour chez eux : un cas en Allemagne, deux cas au Danemark et deux cas aux Pays-Bas. Aux Pays-Bas, le système de contrôle des maladies transmissibles est assuré par les services de santé municipaux qui, suite à ces cas, ont mis en place une vaccination, sur la base de l'incidence cumulée pendant la période de huit mois allant de mai à décembre. La population à risque a été définie comme étant les jeunes âgés de 2 à 19 ans vivant à Putten, ainsi que les enfants des régions voisines scolarisés à Putten et leurs frères et soeurs.

Auteur : van Steenbergen J, Kraayeveld AG, Spanjaard L
Eurosurveillance, 1999, vol. 4, n°. 2, p. 18-21