Surveillance épidémiologique air et santé. Surveillance des effets sur la santé liés à la population atmosphérique en milieu urbain. Rapport de l'étude - mars 1999

Publié le 1 Mars 1999
Mis à jour le 10 septembre 2019

Au cours des années 1970-80, la mise en place de mesures de contrôle dans un nouveau cadre législatif et le développement d'un programme nucléaire de production d'énergie ont abouti à une diminution notable des concentrations des principaux polluants atmosphériques résultant des émissions industrielles et du chauffage. La pollution due aux déplacements des biens et des personnes est désormais prépondérante, tout particulièrement dans les zones urbaines, et la circulation automobile est devenue l'un des principaux responsables des effets de la pollution urbaine sur la santé. Bien que dans la majorité des villes françaises, les niveaux de cette pollution ne soient pas ¿alarmants¿, certains indicateurs de pollution augmentent progressivement (NOx et O3). Parallèlement à cette évolution de fond, les pointes de pollution hivernales et locales tendent à faire place à des smogs d'été ou à des pollutions plus complexes et diffuses, riches en hydrocarbures, oxydes d'azote, composés oxydants et très fines particules. En France, comme partout dans le monde, la pollution atmosphérique a radicalement changé depuis les années 1970. En termes de santé publique, la principale question qui se pose aujourd'hui est de savoir quel est l'impact sur la santé des populations des niveaux de pollutions ambiantes actuellement observés.

Auteur : Quenel P, Cassadou S, Declercq C, Eilstein D, Filleul L, Le Goaster C, Le Tertre A, Medina S, Pascal L, Prouvost H, Saviuc P, Zeghnoun A
Année de publication : 1999
Pages : 148 p.