Évaluation de l'impact sanitaire de la pollution atmosphérique urbaine. Agglomération de Bordeaux. Impact à court et long terme

Publié le 1 Juin 2006
Mis à jour le 10 septembre 2019

Une évaluation de l'impact sanitaire de la pollution atmosphérique urbaine a été réalisée dans l'agglomération de Bordeaux. Les indicateurs de pollution retenus étaient l'ozone (O3), le dioxyde d'azote (NO2) et les particules fines (PM10). L'impact sanitaire a été évalué à court terme en estimant le nombre de décès anticipés (hors morts violentes et accidentelles) et d'admissions hospitalières (pour motifs cardiovasculaire et respiratoire) attribuables à la pollution et, à long terme, en estimant le nombre de décès annuels attribuables à l'exposition chronique à la pollution. La zone d'étude était constituée de 22 communes représentant un total de 604 238 habitants. En 2001, le nombre total de décès anticipés attribuables à la pollution atmosphérique dans l'agglomération de Bordeaux s'élevait à 56, dont la moitié par mortalité cardio-vasculaire et 7 par mortalité respiratoire. Concernant la morbidité, 29 personnes de plus de 15 ans, dont près de deux tiers âgées de 65 ans et plus, ont été hospitalisées pour une pathologie respiratoire attribuable à la pollution atmosphérique au cours de l'année 2002. De même, 81 hospitalisations pour motif cardio-vasculaire survenues en 2002 étaient attribuables à la pollution atmosphérique, dont 27 pour motif cardiaque. Une réduction de 25 % des concentrations en polluants aurait permis d'éviter environ la moitié de ces décès et hospitalisations. L'impact sanitaire à long terme a été estimé pour les PM10 et a montré que, chaque année, près de 200 décès anticipés étaient attribuables à une exposition chronique à ce polluant ; une réduction de 25 % des PM10 permettait d'éviter la moitié de ces décès. Même s'ils doivent être interprétés avec précautions, ces résultats montrent que la pollution atmosphérique urbaine semble avoir un impact important sur la santé dans l'agglomération de Bordeaux, où les valeurs limites sont pourtant respectées la plupart du temps. De plus, les scénarios de réduction montrent qu'une action est possible et que les mesures les plus efficaces seraient celles qui visent à réduire au quotidien les concentrations en polluants. Il est donc important de sensibiliser la population et les industriels sur la nécessité d'agir de manière préventive et non pas uniquement lors des épisodes de pollution. (R.A.)

Auteur : Larrieu S, Filleul L
Année de publication : 2006
Pages : 36 p.