Synthèse des évaluations d'impact sanitaire de la pollution atmosphérique urbaine, France, 1995-2002

Publié le 10 Mai 2005
Mis à jour le 5 juillet 2019

Les risques sanitaires liés à la pollution atmosphérique urbaine ont été estimés dans de nombreuses études épidémiologiques dont le Programme de surveillance air et santé dans 9 villes françaises (Psas-9) mis en place en 1997. Le Psas-9 a par ailleurs élaboré un guide méthodologique qui permet, en utilisant les résultats des études nationales et internationales, de quantifier localement l'impact sanitaire de la pollution atmosphérique et d'estimer les gains sanitaires potentiels selon différents scénarii de réduction de la pollution atmosphérique, pour des villes où une étude épidémiologique ne peut être réalisée du fait d'une taille de population insuffisante. L'objectif est de permettre aux professionnels de santé d'apporter des informations sanitaires utilisables dans le cadre des différents plans locaux et régionaux de gestion de la qualité de l'air, conformément à la loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie. La première version du guide ne permettait que l'étude de l'impact à court terme de la pollution atmosphérique sur la mortalité anticipée et les admissions hospitalières. Aussi, celui-ci a été actualisé en juin 2003 pour prendre en compte l'évolution des connaissances concernant l'impact à court et long terme de la pollution atmosphérique. Parallèlement, une évaluation de la prise en compte des questions sanitaires dans les Plans régionaux de qualité de l'air (PRQA) en France métropolitaine a été réalisée. Cette enquête dresse également un bilan de 15 évaluations d'impact sanitaire de la pollution atmosphérique (EIS-PA). Depuis, neuf nouvelles études ont été menées, portant à vingt-quatre le nombre total d'EIS-PA. Il apparaît donc pertinent de dresser un nouveau bilan de ces études en matière de méthode et de résultats, et de discuter de leur utilité en terme de décision. (R.A.)

Auteur : D'Helf Blanchard M
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2005, n°. 19, p. 85-6