La part de la pollution atmosphérique dans la surmortalité de l'été 2003. Actes du congrès de l'ADELF, 15-17 septembre 2004, Bordeaux

Publié le 1 Janvier 2004
Mis à jour le 10 septembre 2019

Les températures extrêmes observées durant l'été 2003 se sont accompagnées d'une surmortalité importante, estimée à près de 15 000 décès pour la France durant la période du 1er au 20 août. Sur cette même période, les niveaux d'ozone, étroitement dépendants des conditions climatiques, ont également atteint des valeurs exceptionnellement élevées, de façon prolongée. Une étude a été mise en oeuvre dans le cadre du Programme Air & Santé, 9 villes de l'Institut de Veille Sanitaire...

Auteur : Cassadou S, Le Tertre A, Eilstein D, Declercq C, Filleul L, Pascal L, D'helf M, Lefranc A, Fabre P, Prouvost H, Jusot JF, Chardon B, Medina S, Ledrans M
Revue d'épidémiologie et de santé publique, 2004, vol. 52, n°. HS1, p. p.4