Analyse commentée. Concentration en moisissures au domicile d'enfants avec et sans antécédents d'allergie. Numéro thématique. Moisissures dans l'air intérieur et santé

Publié le 1 December 2005
Mis à jour le 10 septembre 2019

Cet article est une analyse critique de l'étude suivante : Jovanovic S, Felder-Kennel A, Gabrio T, Kouros B, Link B, Maisner V, Piechotowski I, Schick KH, Schrimpf M, Weidner U, Zollner I, Schwenk M. Indoor fungi levels in homes of children with and without allergy history. Int J Hyg Environ Health. 2004 Sep;207(4):369-78. Cette étude cas-témoin a pour objectif de comparer les concentrations en moisissures de domiciles d'enfants scolarisés présentant des signes cliniques compatibles avec un état allergique (n = 199) avec un groupe témoin sans signe clinique (n = 198). Elle a été menée dans quatre départements sanitaires du Baden-Würtenberg (Allemagne), entre novembre 1999 et mars 2000. Les auteurs concluent à l'absence d'association entre présence de moisissures et symptômes respiratoires, mais l'étude présente de nombreuses limites aussi bien sur le plan épidémiologique que sur le plan métrologique. Ni les objectifs de l'étude, ni la définition des "cas" ne sont clairement précisés à aucun moment. Les données disponibles dans cette enquête semblent intéressantes, notamment grâce au nombre assez élevé d'enfants ayant participé à l'étude et à la quantité importante de données recueillies. Cependant, l'exploitation des données présente de nombreuses lacunes et les auteurs semblent vouloir persuader le lecteur de la conformité de leurs résultats à la littérature, au lieu d'en discuter les originalités et les limites, ce qui est dommage. (Extraits de l'article)

Auteur : Reboux G, Larrieu S
Extrapol. Epidémiologie et pollution atmosphérique. Analyse critique des publications internationales, 2005, n°. 27, p. 15-8