Nutrition : vers une politique basée sur les environnements favorables.

Publié le 12 Septembre 2018
Mis à jour le 10 septembre 2019

Dans leurs recommandations de 2017 sur la nutrition, les experts du Haut Conseil de la santé publique préconisent d'agir prioritairement sur les environnements favorables plutôt que sur l'approche individuelle. C'est, rappellent-ils, de cette manière que l'on pourra mieux lutter contre les inégalités. S'ensuit une série de préconisations parmi lesquelles : taxer les produits alimentaires de faible qualité nutritionnelle et subventionner les aliments de bonne qualité nutritionnelle ; améliorer la restauration collective, cantines incluses, en ayant recours à des réglementations contraignantes ; contrôler la publicité pour les aliments de faible qualité nutritionnelle à la télévision, à la radio et dans la presse mais aussi sur internet et dans les réseaux sociaux afin de protéger les enfants ; améliorer l'environnement des villes pour rendre plus accessible l'activité physique ; agir dès l'enfance, au moment où s'acquièrent les comportements et parce que les inégalités sociales de santé se construisent pendant cette période ; rendre le bio plus accessible afin que les moins favorisés puissent avoir accès à une alimentation moins chargée en résidus toxiques et pesticides, etc. Une feuille de route complète et ambitieuse pour les années à venir.

Auteur : Lang Thierry, Hercberg Serge
La Santé en action, 2018, n°. 444, p. 35-38