Caractérisation des groupes de population à risque d'exposition élevée vis-à-vis de la chlordécone via l'alimentation. Martinique, août 2006

Publié le 1 Janvier 2007
Mis à jour le 10 septembre 2019

La chlordécone est un insecticide organochloré qui a été largement utilisé aux Antilles dans les plantations de bananes, pendant une vingtaine d'années. Il a été interdit en 1993 mais, depuis 1999, des enquêtes ont successivement mis en évidence sa présence dans les sols et les sédiments, les produits végétaux, et les viandes et poissons. S'est alors posée la question de l'exposition de la population martiniquaise à travers l'alimentation et de la caractérisation de groupes de population à risque d'exposition à la chlordécone. Les données de consommations alimentaires de l'enquête Escal et les données de contamination des aliments provenant des différents plans de contrôle des services administratifs ont permis à l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) de calculer sous diverses hypothèses le niveau d'exposition de 1 495 personnes inclues dans l'enquête Escal. Une personne à risque d'exposition a été définie comme étant une personne dont l'exposition calculée dépasse la valeur toxicologique de référence (VTR) chronique. Les individus pour lesquels le calcul d'exposition dépasse la VTR se situent tous dans la zone contaminée où ils représentent 21 % chez les enfants et 16 % chez les adultes. Les individus à risque ne différent pas sur le sexe et l'âge. Dans la zone contaminée, la proportion des individus à risque diffère significativement selon le niveau socio-économique. La typologie de la population vis-à-vis du risque d'exposition montre que la consommation de légumes (racines et autres) est significativement plus élevée dans le groupe à risque d'exposition. Ce groupe s'approvisionne essentiellement en circuit court pour les légumes, mais aussi pour le poulet. La fréquence de consommation est également significativement plus élevée dans ce groupe, alors que la quantité consommée est équivalente à celle du reste de la population. Une population à risque élevée d'exposition à la chlordécone via l'alimentation a pu être caractérisée. Cette population, compte tenu de ses modes d'approvisionnement, ne peut pas être protégée par des mesures réglementaires telles que des limites maximales. Sur la base de ces résultats, la Direction de la santé et du développement social de Martinique va donc élaborer un programme de santé spécifique en direction des populations concernées.

Auteur : Flamand C, Quenel P, Blateau A
Année de publication : 2007
Pages : 31 p.