Phénomène climatique exceptionnel et intoxications au monoxyde de carbone : de la surveillance à l'action de santé publique, France, Sud-Ouest, janvier 2009

Publié le 6 December 2011
Mis à jour le 9 septembre 2019

Le passage de la tempête Klaus dans la partie sud-ouest de la France, en janvier 2009, a privé d'électricité environ 1,7 million d'abonnés et entraîné une augmentation sans précédent d'intoxications au monoxyde de carbone (CO). Une surveillance spécifique quotidienne a permis de décrire ces accidents domestiques et les circonstances de leur survenue, ainsi que de cibler des actions de prévention. Un cas était défini comme une intoxication au CO domestique accidentelle survenue entre le 24 et le 30 janvier 2009 dans les régions Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Les informations ont été recueillies à partir des questionnaires médico-environnementaux du système de surveillance des intoxications au CO. Le nombre d'intoxications et leurs caractéristiques ont été confrontés aux données recueillies durant les hivers 2006 à 2008. Au décours de la tempête, 109 épisodes d'intoxications au CO (4 attendus) ont été rapportés, impliquant 295 personnes (14 attendues) dont 4 décès. Les communes rurales, les maisons individuelles et celles équipées de chauffage électrique ont été les plus touchées. Les intoxications étaient majoritairement (74%) liées à l'utilisation de groupes électrogènes comme source palliative d'électricité. Cette étude a montré une augmentation du nombre de cas ainsi que des circonstances spécifiques de survenue d'intoxications au CO en lien avec des coupures d'électricité. Cette épidémie a donné lieu à l'élaboration ultérieure d'un plan de prévention intégrant des supports d'information visant la population générale, des actions à destination des loueurs-vendeurs de groupes électrogènes et l'intégration de messages de prévention dans les vigilances de Météo-France. (R.A.)

Auteur : Coquet S, Mansotte F, Cabot C, Ricoux C, Sauthier N, Motreff Y, Verrier A
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2011, n°. 45-46, p. 467-71