Les effets qualitatifs du changement climatique sur la santé en France. Rapport de groupe interministériel

Publié le 1 Avril 2008
Mis à jour le 10 septembre 2019

Le réchauffement climatique est déjà en cours selon les experts du GIEC (Groupe Intergouvernemental sur l'Évolution du Climat), et son impact sur la santé est une des nouvelles priorités du conseil exécutif de l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé). Une résolution spécifique a ainsi été adoptée en janvier 2008. Ce sont surtout les dérèglements météorologiques majeurs récents (canicules et cyclones) qui sont en France (métropolitaine et d'Outre-Mer, respectivement) les événements les plus marquants du changement climatique pour les médias. Chacun des aléas climatiques a, ou aura, un potentiel d'effets négatifs sur la santé comme l'indiquent les CDC (Centers for Disease Control and Prevention, organisme fédéral américain). Cependant, ses effets sur la santé seront à la fois très hétérogènes selon les régions et les phénomènes climatiques, mais aussi complexes à identifier car intervenant à des niveaux d'échelles de temps et d'espace variés. Le changement climatique peut être une source de dangers du fait d'une modification des milieux directement (eau, air, sol) ou indirectement par inondations et/ou pollutions (sols, sédiments). Ceux-ci pourront être une source de dégradation potentielle plus ou moins forte de la qualité de l'eau destinée à la consommation humaine et aux loisirs, des aliments, de la qualité de l'air (ozone, particules en suspension, pollens,...), des conditions de vie (température, pluviométrie, ultraviolets,...) et de la qualité de l'habitat. La sélection des lieux à construire en fonction de leur vulnérabilité aux risques d'inondations et de crues, ainsi que l'importance de la densification des villes, source d'un nombre accru de populations exposées à un même aléa (îlots de chaleur, débordements de réseaux d'eaux usées,...) deviendront des paramètres obligatoires à considérer dans le génie civil et urbain du XXIème siècle et la planification du territoire national. Bien que la mondialisation de l'économie et des transports contribue fortement à la dissémination à large échelle d'espèces de vecteurs et d'agents infectieux, le changement climatique interférera aussi en engendrant des conditions environnementales favorables à leur installation et à leur développement. Des modifications importantes seront aussi à attendre dans l'activité microbienne des écosystèmes aquatiques et telluriques en perturbant le fonctionnement des cycles biogéochimiques. Des effets connexes conjoncturels, comme le vieillissement de la population, la montée de la précarité et l'affaiblissement de l'économie risquent d'avoir un rôle amplificateur sur la santé de la population en s'ajoutant aux effets du changement climatique. D'autres effets collatéraux, comme une plus ou moins grande offre de soins locale, selon les régions sur le territoire national, pourront constituer soit un facteur favorable soit un facteur défavorable au suivi des pathologies associées à certains aléas climatiques. On peut citer par exemple le besoin d'ophtalmologistes pour la cataracte et la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l'âge) associées à une plus longue exposition aux rayons ultra-violets, et de psychologues et psychiatres pour les états de stress post aléas exceptionnels (inondations). Par ailleurs, les établissements de santé et médico-sociaux seront exposés eux aussi aux aléas climatiques extrêmes (inondations, tempêtes) provoquant dans certains cas le déplacement de personnes (ex : personnes âgées en maison de retraite). Enfin un comportement spontané de déplacement de la population de zones à risques vers des zones moins exposées n'est pas à exclure à la fois au sein de la Métropole (des zones méditerranéennes vers les zones océaniques) mais aussi dans nos Communautés et Régions d'Outre-Mer (des zones sous influence des cyclones vers les zones abritées, par exemple). De tels déplacements pourront avoir un impact favorable sur la santé, bien qu'il soit difficile d'en faire l'évaluation, mais ils auront des conséquences économiques et sociales dont nous ne mesurons pas encore les limites. De même des comportements individuels dans la vie quotidienne (loisirs à l'extérieur et exposition aux ultra-violets ou aux coups de chaleur,...) pourront être modifiés, conduisant à une sous-estimation de leur coût public. Les effets du changement climatique sur la santé dépendent de multiples facteurs de risque, interagissant le plus souvent entre eux dans des enchaînements de cause à effet, rendant donc complexes leur analyse et leur prévision. (Introduction)

Auteur : Armengaud A, Bitar D, Fevrier C, Cohen JC, La Vieille S, Masson N, Panetier P, Pascal M, Pernelet Joly V, Saout C, Thieriet N, Zini S
Année de publication : 2008
Pages : 42 p.