Etat des lieux de la formation initiale en éducation pour la santé en France : résultats d'une analyse globale pour dix professions de santé.

Publié le 1 Mars 2008
Mis à jour le 30 août 2019

La progression de l'éducation pour la santé (EPS) implique l'existence d'une formation spécifique. Malgré des obligations légales, la formation initiale en EPS pour les professionnels de santé est faiblement investie en France. Après une phase pilote, une enquête nationale explorant les enseignements en EPS a été réalisée par téléphone en 2005. Elle a porté sur 527 établissements de formation initiale de dix professions de santé (diététiciens, puéricultrices, sages-femmes, médecins, pharmaciens, dentistes, cadres de santé, masseurs-kinésithérapeutes, podologues et infirmiers). Parmi eux, 79 % ont répondu et 60 % proposent des enseignements spécifiques en EPS. Les principales approches pédagogiques qu'ils utilisent sont les cours magistraux (93 %) et les travaux dirigés (78 %). Ces enseignements, le plus souvent évalués (70 %), traitent principalement des enjeux de l'EPS (96 %) et des déterminants de santé (91 %). Les facteurs qui favorisent la mise en place des enseignements en EPS sont leur inscription dans le programme officiel des formations (49 %) et le fait qu'ils relèvent de la mission des professionnels de santé (26 %). Deux contraintes majeures limitent leur extension : la surcharge des programmes (75 %) et un déficit de formation des enseignants (49 %). Les résultats de cette enquête constituent une aide pour le développement de la formation en EPS et ils pourront servir de référence à des fins évaluatives.

Auteur : Foucaud Jérôme, Moquet Marie-Josée, Rostan Florence, Hamel Emmanuelle, Fayard Annick
Evolutions, 2008, n°. 10, p. 1-6