Eléments d'exhaustivité et résultats pour la première année d'enregistrement du Registre général des cancers de Lille et de sa région

Publié le 1 Avril 2012
Mis à jour le 5 juillet 2019

Position du problème. En 2005, suite au premier plan gouvernemental cancer, un registre général des cancers a été mis en place dans le Nord de la France, sur le territoire sanitaire de la zone de proximité de Lille (ZPL). L'objectif de ce travail est d'évaluer l'exhaustivité de la première année d'enregistrement des cas incidents de cancers par le registre (2005) et de comparer l'incidence observée sur la ZPL à l'incidence estimée France entière. Méthodes. L'exhaustivité a été évaluée à partir du nombre moyen de sources de signalement par cas, du pourcentage de vérification histologique et par une méthode de vérification indépendante des cas (ratio mortalité/incidence). Une standardisation directe sur la population mondiale a été réalisée afin de calculer les ratios des taux standardisés d'incidence ZPL/France entière. Les analyses ont été menées pour 21 sites de cancers. Résultats. En 2005, 3635 cancers invasifs ont été enregistrés par le registre. Le nombre moyen de sources par cas était de 2,7 et 91,4 % des cas avaient eu une validation histocytologique. Les ratios mortalité/incidence ont montré une bonne exhaustivité des données chez l'homme pour la plupart des localisations de cancer. Chez la femme, pour certaines topographies de cancers où les effectifs étaient faibles, les données seront à confirmer sur les années d'incidence ultérieures. Un défaut d'exhaustivité a été retrouvé pour les mélanomes cutanés. Chez l'homme, une surincidence a été identifiée pour les cancers des lèvre-bouche-pharynx, larynx, sophage, poumon, foie, vessie, rein et côlon-rectum. Chez la femme, une surincidence a été identifiée pour les cancers des lèvre-bouche-pharynx, foie, vessie, côlon-rectum, du corps de l'utérus et des ovaires. Conclusion. La première année d'incidence validée au Registre général des cancers de Lille et de sa région montre une exhaustivité des enregistrements correcte pour les critères étudiés. La comparaison aux données nationales montre une surincidence des cancers liés au tabac et à l'alcool dans la zone géographique couverte par le registre. L'incidence des cancers lèvre-bouche-pharynx chez les hommes est la plus élevée des registres métropolitains.

Auteur : Ligier K, Plouvier S, Danzon A, Martin P, Benoit E, Molinie F, Launoy G, Buisset E, Leroy X, Chevalier D, Chaud P, Cherie Challine L
Revue d'épidémiologie et de santé publique, 2012, vol. 60, n°. 2, p. 131-9