Bulletin national d'information OSCOUR du 17 novembre 2020

Publié le 23 Novembre 2020
Mis à jour le 23 novembre 2020

Synthèse

En semaine 46 (du 9 au 15 novembre 2020), les passages aux urgences et les hospitalisations après passages sont stables dans toutes les classes d’âge excepté chez les 2-14 ans (respectivement, +9,8% soit +3 493 passages et +9% soit +2 674 hospitalisations). En semaine 46, après 4 semaines de hausse et une stabilisation en S45, les passages pour suspicion de COVID-19 sont en baisse de -19% (soit -2 755 passages). Cette baisse concerne toutes les classes d’âges mais elle est plus marquée chez les 45-74 ans (-22% soit -1 512 passages), et les 15-44 ans (-21% soit -668 passages) que chez les 75 ans et plus (-13% soit -562 passages) et les moins de 15 ans (-5% soit -12 passages). En S46, la suspicion de COVID-19 est le 2ième diagnostic le plus fréquent chez les adultes. Au total, 11 803 passages ont été enregistrés en semaine 46 (vs 14 558 passages en S45 - données consolidées du 17/11/2020). La part des passages pour COVID-19 dans l’activité totale est en baisse à 5,5% (7% en S45) tandis que la proportion d’hospitalisation après passage tous âges est en légère hausse (56% vs 54% en S45). La baisse s’observe dans l’ensemble des régions à l’exception de la Guyane (stable). En métropole, elle est plus marquée en Corse (-40%), Hauts-de-France et Île-de-France (-24%), Pays de la Loire et PACA (-22%). En Outre-mer, on enregistre une baisse de -48% en Guadeloupe et -50% à Mayotte. Depuis le début de la surveillance, le 24/02/2020, 281 804 passages aux urgences pour suspicion de COVID-19 ont été enregistrés. Les pathologies respiratoires saisonnières sont en hausse chez les enfants : asthme (+54% soit +452 passages), ORL (+16% soit +500 passages), bronchite et pneumopathie (+18% et +32% - effectifs faibles) ; on retient également la hausse des passages pour vomissements (+17% soit +75 passages), douleurs abdominales (+17% soit +282 passages) et conjonctivite (+27% soit +31 passages). Chez les adultes toutes ces pathologies sont stables ou en baisse.