Surveillance sanitaire de la mortalité. Point hebdomadaire du 14 février 2017.

Publié le 15 Février 2017
Mis à jour le 10 mai 2019

Synthèse

Au niveau national, la mortalité toutes causes confondues sur la semaine 5 de 2017 diminue, après une stabilisation observée en semaine 4. Les effectifs observés restent à un niveau toujours significativement supérieur à celui attendu. Cette diminution s'observe chez les personnes âgées de plus de 65 ans, qui ont été les plus touchées par la hausse de la mortalité sur les dernières semaines (Figures 1 à 3).Au niveau national, le nombre observé de décès tous âges confondus est supérieur au nombre attendu :- sur la semaine 51 (du 19 au 25 décembre 2016) : de +12 %,- sur la semaine 52 (du 26 décembre 2016 au 1er janvier 2017) : de +21 %,- sur la semaine 01 de 2017 (du 2 au 8 janvier) : de +30 %,- sur la semaine 02 de 2017 (du 9 au 15 janvier) : de +30 %,- sur la semaine 03 de 2017 (du 16 au 22 janvier) : d'au moins +22 %,- sur la semaine 04 de 2017 (du 23 au 28 janvier) : d'au moins +22 %.

Sur les huit premières semaines d'épidémie grippale (des semaines 49 à 04), le nombre de décès en excès toutes causes confondues est estimé à 17 000 (données extrapolées France entière) au 14 février 2017.En région, la hausse de la mortalité a concerné l'ensemble du territoire métropolitain (Figure 4). La mortalité a diminué dans la quasi-totalité des régions sur la semaine 5 (y compris en PACA où la mortalité a progressé jusqu'en semaine 4), mais reste stable par rapport à la semaine 4 dans le Grand-Est, en Bretagne, Hauts-de-France et Centre-Val de Loire.Un nombre observé de décès significativement supérieur au nombre attendu est noté :- sur la semaine 51, dans 6 régions, avec un excès allant +12 % à 23 % selon les régions ,- sur la semaine 52, dans 10 régions (toutes sauf Centre, Corse et Pays de la Loire), avec un excès plus marqué dans les régions de la façade Est, avec un excès allant +12 % à 38 % ,- sur la 1ère semaine de 2017, dans 12 régions (toutes les régions sauf la Corse), avec un excès allant +16 % à 48 % ,- sur la 2ème semaine de 2017 dans les 13 régions, avec un excès d'au moins +38 % dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Grand-Est, Occitanie et Corse ,- sur la 3ème semaine de 2017, dans 12 régions (toutes sauf le Centre-Val-de-Loire), avec des excès au moins supérieur à 29 % en PACA, Auvergne-Rhône-Alpes, Grand-Est et Corse.- sur la 4ème semaine de 2017, dans les 13 régions, avec un excès dépassant +37 % en PACA et Corse et d'au moins +11 % à +28 % dans les autres régions.

Les données de mortalité n'étant pas encore consolidées du fait des délais habituels de transmission, ces observations constituent des premières estimations, tant aux niveaux national que régional, qui vont évoluer au fur et à mesure de la consolidation.

Au niveau européen, parmi les pays participant au réseau EuroMomo (www.euromomo.eu), une nette hausse de la mortalité a été notée fin 2016-début 2017 au Portugal, en Italie, en Espagne en Grèce, puis dans une moindre mesure en Suisse et aux Pays-Bas. Sur la deuxième quinzaine de janvier, une diminution est observée en Grèce, Italie et Espagne. Au Portugal, après une légère diminution, la mortalité se stabilise à un niveau élevé (Figure 5).

A travers les données issues de la certification électronique, sur la 6ème semaine de 2017 (du 6 au 12 février 2017), 1 500 décès ont été enregistrés (Figure 6).

Année de publication : 15/02/2017