Bulletin national d'information SOS Médecins du 5 novembre 2013

Publié le 6 Novembre 2013
Mis à jour le 3 juillet 2019

L'activité des associations SOS Médecins est en augmentation sur la fin de semaine écoulée, avec un possible effet week-end prolongé, au plan national et dans les régions. Cette tendance concerne principalement les 15-74 ans (+11 %) et les 75 ans et plus (+17 %). Le niveau de l'activité globale est cependant comparable à 2011 et 2012.  Chez les 75 ans et plus, on note une augmentation des pathologies respiratoires : bronchite (+31 %, +82 cas), pneumopathie (+22 %, +32 cas) et grippe (+20 %, +12 cas).  Chez les 15 ans et plus, on note une augmentation des angines (+15 %, +200 cas), des infections respiratoires basses (+17 %, +301 cas) et des bronchites (+12 %, +14 cas).  L'indicateur gastro-entérite est stable sur la semaine écoulée et représente 5 % de l'activité globale des associations, avec des effectifs comparables à 2012.  L'indicateur de grippe est en augmentation pour toutes les classes d'âges à partir de 5 ans (+26 %, +86 cas) ; les effectifs restent faibles dans des valeurs attendues pour la saison, comparables à 2011 et 2012.  Les recours vers SOS Médecins pour crise d'asthme sont en augmentation (+14 %, +69 cas), cette tendance concerne principalement les adultes de 15 ans et plus. Le niveau d'activité en lien avec cet indicateur est légèrement supérieur à celui de 2012.  L'indicateur de bronchite est stable sur la période, tous âges confondus, pour des effectifs comparables à 2012.  L'indicateur de pneumopathie est en augmentation (+21 %) sur la période tous âges confondus, pour des effectifs comparables à 2012. On observe cependant cette augmentation chez les adultes.  Chez les moins de 2 ans, les diagnostics de bronchiolite sont en augmentation (+33 %, +48 cas), à un niveau comparable à 2012. Les principales pathologies reportées tous âges confondus restent les pathologies ORL : rhinopharyngite (3 526 cas), angine (2 943 cas) et les infections respiratoires basses (3 076 cas). A noter une augmentation des infections urinaires chez les adultes (27 %).