Analyse du public touché par l'expérimentation Flash-Test 2013. Une semaine de dépistage du VIH dans quatre régions françaises

Publié le 1 Janvier 2014
Mis à jour le 10 septembre 2019

Une semaine de dépistage rapide du VIH (Flash-Test) a été organisée en 2013 dans 4 régions particulièrement concernées par l'épidémie : Ile-de-France, Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca), Rhône-Alpes et Guyane. Un questionnaire proposé aux personnes dépistées a permis d'analyser le public touché par cette intervention. L'analyse a porté sur 8 713 personnes. Le public était principalement masculin et jeune. Les participants étaient pour 38 % d'entre eux nés à l'étranger. Les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes représentaient près de 15 % de la population testée, les usagers de drogues par voie injectable 2,4 %, et les personnes transgenres 0,3 %. Les répondants avaient pour 64 % déjà eu un test VIH au cours de la vie. Au cours de la semaine, 48 personnes ont découvert leur séropositivité au VIH, soit un taux de 0,55 %. Par rapport aux actions de dépistage communautaire mises en place en 2011, l'intervention a relativement moins touché les populations particulièrement exposées au VIH. Les participants de Flash-Test n'étaient pas particulièrement éloignés du dispositif de dépistage. Enfin, la capacité à dépister des personnes séropositives était similaire à celle du dispositif des CDAG/Ciddist (Consultation de dépistage anonyme et gratuit / Centre d'information, de dépistage et de diagnostic des infections sexuellement transmissibles), voire plus basse pour la Guyane. L'opération Flash-Test a probablement constitué un apport en termes de mobilisation des acteurs du dépistage et de visibilité auprès du public du dépistage du VIH et des tests rapides. Néanmoins, l'analyse des caractéristiques des participants ne permet pas d'identifier une plus-value en termes épidémiologiques de ce modèle par rapport au dispositif de dépistage existant. (R.A.)

Auteur : Atramont A, Le Vu S
Année de publication : 2014
Pages : 44 p.