Surveillance sanitaire en Bretagne. Point épidémiologique au 12 avril 2017.

Publié le 19 Avril 2017
Mis à jour le 20 juin 2019

Points clés

Infections invasives à méningocoque B – Situation particulière de la BretagneDepuis janvier 2016, un nouveau clone de méningocoque du groupe B circule dans 3 départements de Bretagne (Côtes d'Armor, Ille-et-Vilaine et Finistère). A ce jour, 8 cas ont été identifié dont 5 chez des patients domiciliés dans les Côtes d'Armor. Cette circulation a déjà donné lieu à une campagne de vaccination par le Bexsero® dans un collège des Côtes d'Armor début 2017 suite à la survenue concomitante fin d'année 2016 de deux cas chez des adolescents fréquentant l'établissement, en cohérence avec les recommandations du Haut conseil de santé publique. D'autres campagnes de vaccination sont susceptibles d'être mises en place en fonction de la survenue d'éventuels nouveaux cas d'infections invasives à méningocoque B liés au même clone. La situation est suivie par une cellule d'aide à la décision pilotée par Direction Générale de la Santé qui comprend Santé publique France, le Centre National de Référence des méningocoques et l'Agence régionale de la Santé Bretagne.Les praticiens sont appelés à la vigilance concernant le diagnostic d'infection invasive à méningocoque. Il est rappelé que tout matériel biologique doit être envoyé sans retard au Centre national de référence (CNR) des méningocoques à l'Institut Pasteur pour génotypage. Le CNR reçoit les prélèvements 7 jours sur 7.

Gastro-entéritesActivité épidémique.  Diminution du recours aux urgences de ville (-13%) et hospitalières (-7%). Activité audessous des moyennes saisonnières pour les urgences de ville.Les moins de 5 ans représentent 69% des cas hospitaliers (en baisse) , les gastro-entérites représentent 12% des diagnostics dans cette tranche d'âge (en baisse).Activité faible en médecine générale : taux d'incidence des diarrhées aiguës estimé à 45 cas pour 100 000 habitants (IC à 95% [7 , 83], données Sentinelles non consolidées).Circulation virale de Rotavirus, Astrovirus et Norovirus, identifiés sur les prélèvements entériques analysés au Laboratoire de virologie du CHU de Rennes. Circulation virale de Rotavirus et Norovirus à Brest.

AsthmeLégère augmentation du recours aux urgences de ville (+7%) et recours stable aux urgences hospitalières.

La saison hivernale étant terminée, la diffusion du Point épidémiologique sera moins fréquente (tous les 15 jours). Un bilan complet des épidémies hivernales 2016-2017 sera réalisé sur la base des données consolidées.

Année de publication : 19/04/2017