Circulation autochtone de chikungunya dans deux communes du Var, août-septembre 2017

Publié le 10 Juillet 2018
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction : le virus du chikungunya (CHIKV) est un arbovirus endémo-épidémique en zone intertropicale. Il est transmis par les moustiques du genre Aedes tels qu'Ae. albopictus, implanté en France métropolitaine depuis 2004. Début août 2017, le dispositif de surveillance spécifique de cette maladie a permis d'identifier un cas autochtone dans le Var, sur la commune du Cannet-des-Maures. Mi-septembre, une deuxième alerte était enregistrée pour un nouveau cas autochtone situé à une dizaine de kilomètres. Méthodes : faisant suite à ces deux alertes, des investigations épidémiologiques (recherche active de cas) et entomologiques ont été réalisées afin de limiter la transmission de la maladie. Des actions de lutte anti-vectorielle ont été conduites et les professionnels de santé ont été mobilisés pour la recherche de cas. Résultats : entre début août et mi-septembre 2017, 17 cas autochtones de chikungunya (15 confirmés et 2 probables) ont été identifiés dans deux communes situées dans le Var. Le cas primaire importé, de retour du Cameroun, a été identifié par l'enquête puis confirmé par le Centre national de référence des arbovirus. Des investigations entomologiques ont été conduites à 25 reprises sur les deux zones de transmission. Discussion-conclusion : cet épisode de transmission autochtone du CHIKV constitue le neuvième foyer survenu en France métropolitaine. L'ampleur de cet épisode semble liée à différents facteurs, dont l'absence d'un diagnostic d'arbovirus des deux premiers cas ayant consulté, ce qui fait ressortir les besoins en sensibilisation et information des professionnels de santé.

Auteur : Calba Clémentine, Franke Florian, Chaud Pascal, Decoppet Anne, Pigaglio Lucette, Auzet-Caillaud Michèle, de Lamballerie Xavier, Leparc-Goffart Isabelle, Guerbois-Gualla Mathilde, Cadiou Bernard, Jeannin Charles, Paty Marie-Claire, Noël Harold
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2018, n°. 24, p. 504-509