Étude descriptive d'un épisode de pullulation de chenilles Lithosies quadrilles (Lithosia quadra) survenu au cours de l'été 2006. Aspects sanitaires et expositions environnementales, Loire-Atlantique

Publié le 1 Août 2008
Mis à jour le 5 juillet 2019

Suite à une pullulation de grande ampleur de chenilles Lithosia quadra en août 2006 dans le département de Loire-Atlantique, la Cellule interrégionale d'épidémiologie (Cire) des Pays de la Loire a mené une étude visant à améliorer les connaissances sur les effets sanitaires liés aux contacts avec cette espèce de chenille. Une enquête descriptive et qualitative a été retenue auprès de deux populations (particuliers et médecins). La zone d'étude était définie par les communes pour lesquelles des appels de particuliers ont été recensés. Les données étaient recueillies, sur la période d'étude (août-septembre 2006), lors d'un entretien téléphonique semi-directif sur la base d'un questionnaire standardisé explorant les effets sanitaires et les circonstances de l'exposition. Parmi 25 particuliers, 19 ont été en contact avec une chenille (direct et/ou indirect). Parmi eux, 11 ont présenté des manifestations cliniques, toutes cutanées (notamment démangeaisons, rougeur). La durée médiane des symptômes était inférieure à 24 heures. Aucune hospitalisation n'a été en lien avec les chenilles. Parmi les modes d'exposition, 91 % [21/23] des particuliers ont rapporté une présence des chenilles sur les façades des maisons et également dans leur jardin, 61 % sur les toits [14/23] et 48 % à l'intérieur des maisons [11/23]. Parmi les 7 médecins participants, il n'a pas été possible de distinguer si les signes cliniques, tous cutanés (urticaires, oedème du visage, éruption maculopapuleuse, éruption eczématiforme), étaient ou non spécifiques de L. quadra. Un seul cas d'urticaire généralisée a été rapporté. Aucun patient vu en consultation n'a été hospitalisé. Cette étude a décrit les effets sanitaires de l'espèce L. quadra, très peu documentés dans la littérature. Les signes cliniques recueillis semblent montrer une symptomatologie peu grave et résolutive en quelques heures. Aussi, les manifestations cutanées décrites sont à relier principalement par un contact direct avec la chenille sur la peau, on ne peut exclure que le contact avec les fils de la chenille puisse provoquer des symptômes. (R.A.)

Auteur : Barataud D, Fortin N, Leftah Marie N, Daniau C
Année de publication : 2008
Pages : 36 p.