Epidémiologie du chikungunya à la Réunion. Bilan d'une année de surveillance, 19 avril 2007 - 18 avril 2008

Publié le 1 December 2008
Mis à jour le 10 septembre 2019

Introduction - Une épidémie majeure a débuté à la Réunion en avril 2005 et a touché plus de 35 % de la population réunionnaise. Le 19 avril 2007, le ministère de la Santé annonçait que l'île de la Réunion était désormais en situation interépidémique de chikungunya. Méthode - En interépidémie, la surveillance du chikungunya se base sur un dispositif de surveillance biologique reposant sur le signalement par les laboratoires des IgM limites ou positives, des RT-PCR positives ou des isolements de virus du chikungunya. Résultats - Au total entre le 19 avril 2007 et le 18 avril 2008, seulement 6 cas répondaient à la définition de cas probables. Aucune confirmation d'infection récente (aucune RT-PCR positive sur 1656 réalisées), ni aucun regroupement temporo-spatial de cas n'a été détecté à la Réunion au cours de cette année d'interépidémie. Discussion - L'absence de cas confirmé biologiquement, la très faible proportion de cas probables (4,9 % des cas enquêtés) et l'absence de cas secondaire dans l'entourage des cas signalés ne sont pas en faveur de la poursuite d'une circulation du virus chikungunya sur l'île de la Réunion sans, cependant, que l'on puisse aujourd'hui écarter une transmission sporadique à faible niveau. Ainsi, la surveillance biologique du chikungunya mise en oeuvre à la Réunion depuis le 19 avril 2007 apparaît comme le moyen de surveillance épidémiologique le plus adapté à une situation interépidémique en identifiant le plus précocement possible des cas groupés afin de prévenir une éventuelle reprise épidémique. (R.A)

Auteur : Balleydier E, D'Ortenzio E, Renault P
Année de publication : 2008
Pages : 8 p.